Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le PDG de TF1 renonce à un demi-million d’euros





Le 14 Avril 2017, par

Gilles Pélisson, le PDG de TF1, devait toucher 1,3 millions d’euros au titre de l’exercice 2016. Finalement, il devra se contenter d’un peu moins de 820 000 euros. Un demi-million de moins sur la feuille de paie en raison de résultats financiers qui n’ont pas été à la hauteur.


De fait, Gilles Pélisson a renoncé à une part conséquente de sa rémunération variable. Celui qui est devenu PDG du groupe de télévision ne touchera donc que 819 577 euros au titre de l’exercice 2016 de l’entreprise. TF1 n’a pas obtenu les résultats escomptés l’an dernier, avec un bénéfice de net de 41,7 millions d’euros en chute de 58%. Le marché publicitaire est pourtant resté stable, mais le groupe a déboursé 46 millions pour les droits sportifs de l’Euro de football.

Pour Gilles Pélisson, « l’année 2016 a été une année difficile, il nous a paru légitime de ne pas augmenter le dividende une année qui était tendue ». Le groupe a versé un dividende de 0,28 euro par action, pour un total de 58,6 millions d’euros. Depuis la mise en œuvre de la loi Sapin 2, le vote des actionnaires est contraignant et il s’impose au conseil d’administration.

L’an dernier, le PDG de TF1 n’a atteint que deux objectifs financiers et qualitatifs sur les cinq fixés, ce qui justifie la baisse de la rémunération variable. Nonce Paolini, le prédécesseur de Gilles Pélisson avait été rémunéré 2,4 millions d’euros pour 2014, et 2 millions en 2015 (la moitié en part variable). 


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : tf1

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Réussir la transformation de l’entreprise au point de contact client

Julien Aubert, député du Vaucluse : « L’absence de gaullisme fait le lit des extrêmes »

L’ISO 37001 comme outil stratégique anti-corruption et avantage concurrentiel

Vincent Stellian : "L'indépendance de Quiétalis et son réseau national, nos meilleurs atouts"

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?
















Rss
Twitter
Facebook