Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le RER va devenir « train », tout simplement





Le 12 Juin 2017, par

On ne dira plus « prendre le RER », mais… « prendre le train ». C'est l'intention du Stif, le Syndicat des transports d'Ile-de-France, selon la Lettre du Cheminot reprise par Les Echos.


Fini le RER A, B ou C : bientôt, ce sera tout simplement le « train A », « train B » ou « train C » ! Le Stif, se basant sur plusieurs études, souhaite en effet simplifier drastiquement les dénominations des transports en Ile-de-France. Actuellement au nombre de sept, les appellations ne seront plus que quatre, plus faciles à retenir : train, métro, tram et bus.

Exit donc le RER, le Transilien, le tram express ou encore le TZen. Des dénominations peu claires pour les voyageurs, dont les disparitions vont provoquer un changement de taille pour la signalétique : le Syndicat veut que les termes qui resteront s'affichent en toutes lettres sur les panneaux. Dès le 1er juillet, ces nouveaux panneaux commenceront à bourgeonner sur le réseau, à commencer par la ligne 11 du tram express.

La RATP n'est pas particulièrement enchantée par ce bouleversement. La Régie parisienne n'apprécie ni la disparition de son Réseau Express Régional (RER), ni de son emblématique logo « M » sur les panneaux du métro. Du côté des voyageurs en revanche, on devrait apprécier la simplification.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : ratp

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France

Fabrice Lépine, Wonderbox : "la bonne gestion, pilier de notre solidité"

Fusions acquisitions : les pièges de l’engagement

Louis BERNARD, auteur de "La gestion de crise illustrée", nous livre les enseignements de la crise des missiles de Cuba
















Rss
Twitter
Facebook