Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les automobilistes boudent le diesel





Le 28 Décembre 2016, par

Le diesel n’a plus la cote en France et en Europe. Les véhicules équipées de cette motorisation ne font plus recette auprès des conducteurs, qui leur préfèrent des voitures essence classiques.


Un constructeur a indiqué aux Échos que les achats de véhicules diesel étaient tombés à 38% cette année, alors qu’en 2015 la part du diesel avait été de 44%… et de plus de 64% en 2012. Les motorisations essence représentent chez ce constructeur 58% de ses ventes en 2016. Du jamais vu, alors que les Français privilégient habituellement le diesel…

Cette défiance du diesel est aussi confirmé en Europe : selon les estimations du cabinet Alix Partners, les ventes de véhicules motorisés diesel représentent actuellement 52%. Elles pourraient tomber à… 9% à l’horizon 2030. Il y a deux raisons principales pour cette désaffection du diesel. La première, c’est le scandale Volkswagen qui a vendu des voitures dont les moteurs diesel ont été truqués pour passer les tests anti-pollution.

La seconde, c’est la volonté très nette affichée par les gouvernements de réduire drastiquement la part du diesel sur les routes. En France, le gouvernement plaide même pour l’interdiction de cette motorisation, tandis qu’un alignement fiscal sur 5 ans avec l’essence est gravé dans la loi de finances 2017. Pas vraiment de quoi donner envie d’investir dans une voiture diesel.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : diesel

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France

Fabrice Lépine, Wonderbox : "la bonne gestion, pilier de notre solidité"

Fusions acquisitions : les pièges de l’engagement

Louis BERNARD, auteur de "La gestion de crise illustrée", nous livre les enseignements de la crise des missiles de Cuba
















Rss
Twitter
Facebook