Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les familles sont bien les mal-aimées du budget 2015





Le 2 Décembre 2014, par

Les amendements votés par les sénateurs n'auront servi à rien, si ce n'est à rappeler le fonctionnement de la Ve République à tout ceux qui espéraient voir le Sénat changer la done. Le PLFSS, définitivement adopté le 1er décembre, consacre bien le principe du harcèlement financier des familles.


La modulation des allocations familiales pour les "riches" familles disposant de 6000 euros de revenus mensuels est actée. Un couple avec deux enfants disposant de ce revenu verra ses allocations familiales amputées de la moitié, à partir de juillet 2015 (soit environ 60 euros de moins par mois) Chaque enfant supplémentaire accordera 500 euros de marge supplémentaire. Ce sont ces familles qui sont également les plus touchées par le passage du quotient familial de 2000 à 1500 euros. Et par la hausse de la TVA, puisque par définition, elles consomment plus que les autres....

Autre mesure adoptée dans le PLFSS : la modulation du congé parental, cette fois. Pour le premier enfant, il sera de deux fois six mois, six mois par parent. A partir du deuxième, les trois ans sont répartis entre les parents à raisons d'un tiers deux tiers. En revanche, la prime de naissance (923 euros), qui devait être divisée par trois dès le deuxième enfant, ne bouge pas. Elle est en revanche soumise à un plafond de revenu : 47 000 euros pour le premier, 54 000 pour le deuxième. 

Quant à la garde d'enfant à domicile, les nounous payées au black ont un bel avenir devant elle. L'allégement des charges patronales est bien passé de 0,75 à 1,50 euro par heure travaillée.... mais avec un plafond incompréhensible de 40 heures par... mois ! Preuve supplémentaire, s'il le fallait, de la césure entre le pays réel, la vraie vie, et les députés...





 


Jean-Baptiste Giraud
Jean-Baptiste Giraud est journaliste économique, passé par Radio France, BFM, LCI, TF1 et... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook