Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Manuel Valls assouplit le projet de loi sur le code du travail





Le 14 Mars 2016, par

Les syndicats réformistes sont satisfaits des modifications apportées par l'exécutif dans le projet de loi sur réforme du code du travail. Manuel Valls et François Hollande ont accédé à la plupart de leurs demandes.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Il en va ainsi du barème des indemnités prud'homales. Celui-ci n'est plus "impératif" mais seulement "indicatif". Les juges prud'homaux auront là une base sur laquelle s'appuyer pour rendre leurs jugements, mais ils pourront aller au-delà s'ils le souhaitent.

L'autre pomme de discorde du texte, à savoir les critères définissant le licenciement économique, n'a en revanche pas évolué. Seule concession de l'exécutif : il reviendra au juge de déterminer si les licenciements économiques d'une multinationale sont conformes avec la santé de l'entreprise dans le monde.

Plusieurs autres dispositifs évoluent également, comme la garantie jeunes qui sera ouverte à tous les jeunes sans emploi ni formation. Cette garantie comprend une rémunération mensuelle de 450 euros, un accompagnement renforcé, ainsi que des périodes à effectuer en entreprises. Le compte épargne-temps ne fera pas partie du compte personnel d'activité, comme le demandaient des syndicats. Le compte personnel de formation sera relevé à 400 heures au lieu de 150 heures pour les salariés sans diplômes.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : manuel valls

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France

Fabrice Lépine, Wonderbox : "la bonne gestion, pilier de notre solidité"

Fusions acquisitions : les pièges de l’engagement

Louis BERNARD, auteur de "La gestion de crise illustrée", nous livre les enseignements de la crise des missiles de Cuba
















Rss
Twitter
Facebook