Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »





Le 15 Juin 2017, par La Rédaction

En misant résolument sur la qualité de ses programmes immobiliers et sur la conduite responsable de ses opérations, situées pour la plupart en zones urbaines denses, Interconstruction a doublé ses effectifs et multiplié son volume d’activité par plus de cinq en moins de quinze ans. Entretien avec Marc Villand, PDG du groupe et artisan de cette stratégie, qui accorde également une large place à l’esthétique, à l’art et à la différence…


Marc Villand, président d'Interconstruction
Marc Villand, président d'Interconstruction

Interconstruction vient de recevoir le « Prix de la conduite responsable des opérations », attribué par la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) Ile de France, pour son programme "Regards en Seine", à Saint-Cloud (92). Pouvez-vous nous en dire davantage sur ce qui vous a valu cette récompense ?

Marc Villand : D’abord, nous avons acheté ce terrain à L’ADAPT, L’Association pour l’insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées. Présente à Saint-Cloud depuis plus de cinquante ans, l’association avait dû déménager en 2008 à la demande de l’Agence régionale de santé (ARS), car le terrain qu’elle occupait était en pente et n’était plus adapté à la réadaptation fonctionnelle du XXIe siècle… Mais L’ADAPT n’a pu vendre son terrain à Interconstruction qu’en 2015, après avoir sollicité plusieurs promoteurs qui ont tous échoué à obtenir un permis de construire. Seul Interconstruction a été capable d’aller au bout du projet, ce qui a permis à l’association de disposer des fonds propres pour améliorer son financement.

Deuxième côté vertueux de l’opération : nous construisons à flanc de colline… Et pour conforter la colline, il a fallu réaliser un ouvrage de génie civil assez important : une paroi tirantée de 60 mètres de long et de plus de 20 mètres de haut, elle-même fondée sur pieux. Nous avons dû nous entourer de précautions particulières et monter des comités de pilotage de ces travaux non seulement avec la ville, mais aussi avec les riverains, qui pouvaient être inquiets de l’arrivée des engins mobilisés pour ce chantier.

Par ailleurs, ce projet intégrait également la déconstruction - reconstruction, pierre à pierre, d’un pavillon offert par l’empereur Napoléon III à l’une de ses maîtresses. Ce pavillon, qui n’était pas fondé, glissait lentement vers la Seine et se fissurait. Nous avons sollicité sur ce projet les conseils d’une architecte en chef des monuments historiques. Nous avons également passé un contrat avec une entreprise spécialisée pour démonter et stocker les pierres, une par une, après avoir réalisé un relevé photogrammétrique, pour ensuite les remonter à l’identique, sous le contrôle de l’architecte des monuments historiques et des associations de défense de l’environnement. Ces dernières sont d’ailleurs associées au contrôle de cette reconstruction, à travers un troisième comité de pilotage que nous avons mis en place.

A toutes ces raisons, s’ajoute le fait que ce programme comportait également 30 % de logements sociaux, avec une certification environnementale H&E Profil A, ainsi que deux vrais murs végétaux, à l’image de ceux que nous avons réalisés pour l’écocampus Gardens du groupe Orange à Châtillon (92).

Depuis que vous êtes à la tête du groupe en 2003, Interconstruction a doublé ses effectifs et multiplié son volume d’activité par cinq ou six. Sur quoi votre modèle de croissance repose-t-il ?

M. V. : Notre modèle est celui d’une croissance organique raisonnée. Cela veut dire que nous ne voulons pas grandir au détriment de la qualité des opérations. Nous voulons nous développer en préservant notre exigence de qualité, qui repose en grande partie sur le recrutement et la formation de collaborateurs qui portent les valeurs du groupe. Nous n’envisageons pas de croissance externe. Nous avons créé ex nihilo notre filiale Ouest et notre filiale tertiaire REM, et nous envisageons de le faire pour notre filiale Nord.

Quels sont les types de programmes sur lesquels vous intervenez principalement ?

M. V. : En tant que spécialistes des zones urbaines denses et des cœurs de ville, notre principale zone d’intervention est la première couronne. Nous intervenons également en deuxième et en troisième couronne, où nous privilégions la centralité et la proximité de la gare, comme par exemple à Montigny-lès-Cormeilles (95), à Cergy (95), Bezons (95) et prochainement à Andrésy (78). 

Qu’est-ce qui caractérise les opérations complexes réalisées en zones urbaines denses ? Et quelles sont les réponses apportées par Interconstruction à ces enjeux ?

M. V. : Ces programmes intègrent une mixité de produits : commerces, activités, logements sociaux, logements en accession, logements à prix maîtrisé, bureaux... Il faut donc concilier différentes façons d’habiter et différents parcours résidentiels. La réponse du groupe Interconstruction est une réponse de haute couture. Nous faisons du « sur-mesure » pratiquement au prix du prêt-à-porter. Pour cela, nous mettons toujours nos meilleurs éléments sur les projets, tandis que les grands groupes fonctionnent selon des chaînes hiérarchiques. Nous construisons nos projets comme les Suédois construisaient leurs voitures dans les années 1970, avec le recouvrement de deux équipes au minimum, de telle sorte à combiner l’absence de rupture de charge et la compréhension du projet global.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Transformer l’organisation : la « stratégie des 100 projets »

Réussir la transformation de l’entreprise au point de contact client

Julien Aubert, député du Vaucluse : « L’absence de gaullisme fait le lit des extrêmes »

L’ISO 37001 comme outil stratégique anti-corruption et avantage concurrentiel

Vincent Stellian : "L'indépendance de Quiétalis et son réseau national, nos meilleurs atouts"

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »
















Rss
Twitter
Facebook