Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

PSA Peugeot Citroën : la retraite complémentaire qui choque





Le 7 Mai 2015, par

Philippe Varin, l’ancien PDG de PSA Peugeot Citroën, sera un retraité heureux qui n’aura aucun problème de fin de mois. Certes, le grand patron a renoncé à une somptueuse retraite chapeau de 21 millions d’euros, mais le geste n’était peut-être pas si désintéressé que cela.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
L’abandon public de cette retraite chapeau, le 27 novembre 2013, cachait peut-être une autre largesse. On a en effet appris que Philippe Varin allait toucher une retraite complémentaire de 300 000 euros par an, et à vie. Le procédé a de quoi choquer, car s’il souhaite bénéficier de cette retraite, le PDG devait travailler durant cinq ans au sein de l’entreprise, ce qui n’a pas été le cas.

PSA lui a donc proposé une « mission d’assistance » de quelques mois afin de pouvoir toucher le gros lot. On a vu des entreprises beaucoup moins accommodantes pour d’autres salariés moins bien placés sur l’échelle des responsabilités, et c’est bien là le problème.

Il y aurait donc « deux poids deux mesures », accuse Jérôme Boussard de la CGT à l’usine de Sochaux. Cette affaire est cependant jugée tout à fait légale par le directoire de PSA, et que cette disposition a été approuvée et votée par les actionnaires du groupe. Légal c’est certain, mais moral ?


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook