Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Peugeot va produire au Kenya





Le 5 Février 2017, par

Le groupe PSA est de retour au Kenya, que l'entreprise avait quitté en 2002, après s'y être installé en 1974. Peugeot va, à partir du moins de juin, assembler de nouveau des véhicules à partir du mois de juin.


Le groupe automobile va produire des Peugeot 508 dans un premier temps, puis il y assemblera des SUV 3008. L'accord a été signé par Michel Sapin, le ministre de l'Économie, et le président kenyan, Uhuru Kenyatta. Peugeot a un partenaire kenyan dans cette nouvelle aventure : Urysia, qui distribue les voitures du groupe depuis 2010.

L'objectif de cette implantation au Kenya a un objectif : l'assemblage d'un volume annuel de plus de 1 000 unités « destinées à couvrir les besoins du marché » local, selon le communiqué du groupe PSA. Il s'agit ici de répondre localement à une demande, et de s'inscrire dans une nouvelle stratégie pour l'Afrique et le Moyen-Orient.

Le constructeur automobile a de l'ambition pour ces deux zones géographiques, où PSA entend atteindre un million de véhicules vendus d'ici 2025. Cette usine au Kenya s'accompagnera d'une ligne de production en Tunisie d'ici 2018, a annoncé le groupe en décembre. L'Iran et le Maroc sont également en ligne de mire, tout comme l'Algérie où des négociations sont en cours avec les autorités locales.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : peugeot

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France

Fabrice Lépine, Wonderbox : "la bonne gestion, pilier de notre solidité"

Fusions acquisitions : les pièges de l’engagement

Louis BERNARD, auteur de "La gestion de crise illustrée", nous livre les enseignements de la crise des missiles de Cuba
















Rss
Twitter
Facebook