Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Revenu universel de base : la Finlande relance le débat en Europe





Le 30 Juillet 2015, par Léa Pfeiffer

Le discours de politique générale de Juha Sipilä, le Premier ministre finlandais, a surpris par son annonce d'une volonté d'expérimenter dans son pays le revenu de base. Une allocation universelle versée tous les mois et qui remplacerait tous les autres aides .


shutterstock
shutterstock

La Finlande remet le débat sur la table

Ce n'est pas la première fois que l'on entend parler du revenu universel de base. C'est une idée qui revient régulièrement sur le tapis, faisant toujours autant trembler les politiques (et les populations) pour les bouleversements sociétaux qu'elle implique.

Le revenu universel de base, qu'est-ce que c'est ? Il s'agit d'un dispositif qui permet à chacun de disposer d'un revenu minimal, quel que soit la situation familiale ou professionnelle de chaque personne. Ainsi, la Finlande souhaite prodiguer ce revenu universel tous les mois pour tous et pour chacun, sans contrepartie. Libre ensuite à tout le monde de compléter en travaillant. Cette aide supprime toutes les autres. Fini les allocations chômage, aides au logements, pensions de retraite. 
 
La Finlande veut être le précurseur du revenu de base en Europe. Le Premier ministre souhaite voir la concrétisation de cette idée économique ancienne et qui bouscule les clivages politiques. Les écologistes militent pour 440 €, l'alliance de gauche pour 620 € et les libéraux pour une fourchette entre 850 et 1 000 €.

Qui fera le premier pas ?

Ailleurs en Europe, l'idée s'installe petit à petit comme le coup de ciseau qui mettra fin au cycle infernal du chômage de masse. La ville d'Utrecht, en Hollande, va tenter l'expérience à une petite échelle en janvier 2016. La Suisse va lancer un référendum d'initiative populaire sur le sujet l'année prochaine.

En France, c'est l'Aquitaine qui lance le débat la première. La région prévoit de financer une étude de faisabilité de la mise en place d'un « RSA inconditionnel » d'un montant de 514 € pour un adulte seul dans ses départements les plus pauvres ; la Gironde, la Dordogne et le Lot-et-Garonne. 

En début d'année, un sondage Ifop révélait que 16 % des personnes interrogées se disent "tout à fait favorables" à la mesure, tandis que 44 % se prononcent "plutôt favorables". C'est 15 % de plus que lors du sondage à ce même sujet effectué en 2012. Les sympathisants de gauche réservent au revenu de base l'accueil le plus favorable (75 %). À droite, le projet est soutenu par plus de 50 % des personnes interrogées.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook