Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Smic "Jeunes" : Copé n'est pas contre s'il s'agit d'un "marchepied"





Le 17 Avril 2014, par

Le Smic "Jeunes" proposé par Pierre Gattaz fait couler beaucoup d'encre alors même que l'idée est morte-née, en raison de l'opposition du gouvernement et de la majorité parlementaire.


Jean-François Copé n'est pas opposé à l'idée d'un Smic Jeunes, pourvu qu'il s'agisse d'un tremplin.
Jean-François Copé n'est pas opposé à l'idée d'un Smic Jeunes, pourvu qu'il s'agisse d'un tremplin.
Le camp des "pour" et le camp des "contre" se consolident, et tant pis si cela frise déjà la caricature. Syndicats et membres du gouvernement -ceux qui se sont exprimés, Valls, Rebasmen et Vallaud Belkacem- sont résolument contre et poussent des cris d'orfraie, quand Pierre Gattaz (Medef), à l'origine de la proposition, est rejoint par d'autres patrons et désormais par Jean-François Copé.


"Je pense que s'il s'agit de dire on va écraser la rémunération des jeunes parce qu'ils sont jeunes et on va les sous-payer, ça n'a pas de sens. Si en revanche, ça doit être un marche pied à un moment de la vie pour trouver un emploi, ça a du sens" a déclaré le président de l'UMP sur France 2 jeudi 17 avril.

 
 

"Ca doit se faire dans une logique de marchepied, rien de plus. D'autre part, ça doit être fait dans une approche globale où on laisse les entreprises, les branches, négocier en leur sein, représentants des syndicats et représentants des employeurs, plutôt que de faire des trucs interprofessionnels où on met les grands chefs nationaux autour de la table qui décident pour n'importe quelle entreprise dans des secteurs différents. Il faut de la souplesse dans notre pays", a ajouté Jean-François Copé.

Mais conscient que le problème principal de cette proposition, c'est la communication qui l'accompagne, et en particulier le terme de "smic jeune" Copé le récuse : "Ce qu'on appelle le Smic jeune, c'est un peu comme le nucléaire dans le domaine énergie, l'ISF dans le domaine des impôts : ce sont des chiffons rouges. Si vous le sortez totalement de son contexte, c'est incompréhensible et personne ne l'acceptera".

Problème : le gouvernement ayant fait barrage, et l'instauration d'un nouveau "smic" dépendant entièrement du bon vouloir du Parlement, le débat tourne déjà à la discussion autour du sexe des anges. Avec cette majorité là, il y a autant de chances de voir le smic réformé que de voir Ségolène Royal et François Hollande se remettre ensemble...



Jean-Baptiste Giraud
Jean-Baptiste Giraud est journaliste économique, passé par Radio France, BFM, LCI, TF1 et... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook