Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

SpaceX pose sa fusée sur une barge en pleine mer





Le 8 Mai 2016, par

SpaceX est en passe de réussir son pari : faire atterrir des fusées pour pouvoir les réutiliser par la suite. Un exercice périlleux étant donné les impondérables en jeu, mais c’est aussi la promesse d’une démocratisation des mises sur orbite.


Un marché gigantesque que SpaceX convoite depuis des années. Avec son idée de fusées « recyclables », la société fondée par Elon Musk (aussi à la tête du constructeur automobile Tesla) tient un concept audacieux qui lui permettra, à terme, de proposer des prix compétitifs par-rapport aux lanceurs traditionnels comme l’européen Ariane.

Pour la troisième fois, SpaceX est parvenu à poser une fusée Falcon 9 sans encombres. Après plusieurs tentatives infructueuses, l’entreprise a pu faire atterrir une de ses fusées sur la terre ferme en décembre dernier, puis sur une barge en mer en avril. Rebelote en fin de semaine, avec un nouvel « amerrissage » de Falcon 9 sur une plateforme maritime.

Pourquoi sur mer ? S’y poser est plus difficile, mais il permet aussi d’économiser plus de carburant qu’un atterrissage sur le plancher des vaches. Surtout, il est plus facile de récupérer la fusée et d’en recycler des composants pour un usage futur. Les fusées Ariane sont complètement détruites après leur rentrée dans l’atmosphère.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : spacex

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Transformer l’organisation : la « stratégie des 100 projets »

Réussir la transformation de l’entreprise au point de contact client

Julien Aubert, député du Vaucluse : « L’absence de gaullisme fait le lit des extrêmes »

L’ISO 37001 comme outil stratégique anti-corruption et avantage concurrentiel

Vincent Stellian : "L'indépendance de Quiétalis et son réseau national, nos meilleurs atouts"

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »
















Rss
Twitter
Facebook