Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Vers une libéralisation du ciel chinois





Le 21 Novembre 2013

Le transport aérien chinois s’apprête à entériner une véritable révolution. En effet, à partir du début du mois de décembre, les plans de vol des jets privés n’auront plus l’obligation d’être soumis aux autorités militaires.


La fin de la tutelle militaire?

crédit: wikimedia
crédit: wikimedia

Evoquée dans le 12ème plan quinquennal pour la péiode 2011-2015, l'assouplissement de la réglementation concernant les vols à basse altitude devrait s'étendre dans les deux années à venir, aussi bien en termes de région concernées (2 pour l'instant) qu'en terme d'altitude. L’annonce a fait grand bruit, en particulier auprès des millionnaires chinois, mais aussi chez les avionneurs du monde entier de plus en plus nombreux. Ils pourront dorénavant être libres d’utiliser leur appareil… ou d’en acheter un. Jusqu’à maintenant, l’armée de la République Populaire de Chine disposait d’un très large droit de regard sur l’accès des avions civils à l’espace aérien du pays. Tout avion civil, quel qu’il soit, devait déposer son plan de vol auprès des autorités militaires compétentes. La pratique doit être reléguée très bientôt au passé. Les autorités se sont en effet prononcées en faveur des attentes d’un certain nombre d'acteurs du marché de l'aviation civile en en déclarant la fin. Cet assouplissement de l’aviation, annoncée en réalité en 2010, s'est heurtée aux réticences de l’armée,  mais doit décupler le trafic aérien.


Libéralisation d’un marché prometteur

En effet, la Chine, non content d’être le pays le plus peuplé du monde, possède également une surface de plus de 9 millions et demi de kilomètres carrés. Avec une croissance exponentielle du nombre de millionnaires depuis une décennie, et un nombre très faible d’hélicoptères et de jets privés (ces derniers ne sont autorisés que depuis 2003), le marché du transport civil aérien s’annonce particulièrement prometteur. C’est donc en toute logique que les avionneurs s’apprêtent à enregistrer un nombre record de commandes dans les années à venir. Dassault-Falcon est aux avant-postes : seul une quelques centaines de jets sillonnent actuellement le ciel chinois, contre plus d’une dizaine de milliers en Europe et aux Etats-Unis. L’engouement suscité par le premier salon des voyages d’affaires se déroulant à Shangaï, en 2011, laissait par ailleurs déjà croire à une évolution de la situation.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook