Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

FMI : la France parmi les plus touchés par la crise sanitaire





Le 24 Juin 2020, par François Lapierre

Même si plusieurs signaux sont passés au vert, il faut malgré tout s'attendre à une année 2020 particulièrement difficile pour l'économie mondiale et aussi pour la France, prévient le FMI.


Contraction brutale du PIB en France

La France sera dans le wagon de queue en Europe pour ce qui concerne la contraction du PIB. L'activité va en effet trébucher de -12,5% en 2020, selon les prévisions du FMI. L'Hexagone fera un peu mieux que l'Italie et l'Espagne, qui essuieront une contraction de 12,8% de leurs économies. Les trois pays sont parmi ceux qui ont le plus souffert de la crise sanitaire et qui ont mis en place des mesures de confinement strictes. Ce ne sera guère plus brillant pour le Royaume-Uni et l'Allemagne, même si les deux pays feront un peu mieux avec respectivement -10,2% et -7,8%. Le Fonds estime que la contraction dans la zone euro s'établira à -10,2% cette année.

Et les chiffres peuvent encore évoluer à la baisse en cas de résurgence du coronavirus en Europe. En Allemagne, des reconfinements locaux ont été mis en œuvre pour éviter une nouvelle vague nationale. Des foyers ressurgissent un peu partout sur le vieux continent. La situation est donc encore loin d'être sous contrôle. Le FMI précise qu'il existe un « degré élevé d'incertitude » pour ces prévisions. Et il en va d'ailleurs de même pour le reste du monde. L'institution a ainsi estimé que la récession s'établirait à -4,9% cette année, quasiment deux points de plus qu'en avril. La pandémie devrait représenter des pertes de l'ordre de 12.000 milliards de dollars en 2020 et en 2021.

Rebond attendu en 2021

Si la zone euro sera la plus touchée par la crise économique post-coronavirus, l'Amérique du Sud va aussi subir une chute sévère de son PIB (-9,4%). Les États-Unis feront face à une contraction de 8%, le Moyen-Orient et l'Asie centrale de 4,7%. L'Asie devrait s'en tirer avec une contraction modeste de 0,8%, mais c'est une baisse assez brutale par rapport à la croissance de 5,5% enregistrée en 2019.

2021 marquera un rebond de l'économie mondiale. Le FMI prévoit une croissance globale de 5,4%, avec une zone euro parmi les plus performants : +6%. Seule l'Asie fera mieux avec 7,4%. Les États-Unis afficheront une progression du PIB de 4,5%. Mais ces chiffres ne permettront pas de rattraper les pertes encaissées en 2020 dans la plupart des régions du monde. Non seulement les entreprises auront toujours du mal à s'en remettre, mais aussi les États qui ont englouti des sommes faramineuses pour soutenir leurs économies.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook