Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les surprofits des énergies renouvelables échapperont-ils à l'État ?





Le 30 Octobre 2023, par Aurélien Delacroix

La question des surprofits engendrés par les producteurs d'énergie renouvelable se trouve de nouveau sur le tapis après une décision du Conseil Constitutionnel. Alors que la loi de finances 2022 avait permis à l'État de récupérer l'intégralité de ces profits, le Conseil Constitutionnel a partiellement invalidé cette mesure, laissant une incertitude quant à son application.


L'importance des recettes des surprofits pour le budget de l'État

La décision du Conseil Constitutionnel a identifié des imprécisions dans la loi de finances de 2022. Selon l'institution, le législateur n'a pas suffisamment détaillé les critères permettant de fixer le seuil de revenus au-delà duquel les producteurs d'énergie renouvelable doivent reverser leurs profits à l'État. Le Conseil estime qu'« en s'abstenant de définir lui-même les critères de détermination de ce prix, le législateur a méconnu l'étendue de sa compétence », rendant de ce fait la révision des contrats inconstitutionnelle.

Le sujet a un impact significatif sur les finances publiques françaises. En effet, la mesure initiale, mise en œuvre fin 2022, devait permettre à l'État de percevoir 6,6 milliards d'euros au titre des années 2022 et 2023. Ce montant provenait des 9.000 éoliennes installées sur le territoire français, ainsi que d'autres sources d'énergies renouvelables électriques. Selon la Commission de régulation de l'énergie, 30 à 50 % de ces recettes étaient directement liées à la mesure de « déplafonnement des contrats » prise dans la loi de finances de 2022.

Porte ouverte à la correction législative

Bien que la décision du Conseil Constitutionnel constitue un obstacle, elle laisse une marge de manœuvre au gouvernement pour « corriger le tir ». Un amendement pourrait être intégré au projet de loi de finances de 2024 pour régler les imprécisions pointées par le Conseil. Du côté de Bercy, on affirme actuellement « examiner les options pour minimiser l'impact de cette décision sur les finances publiques ».

La décision du Conseil Constitutionnel sème le doute quant à la récupération par l'État des surprofits dans le secteur des énergies renouvelables. Le gouvernement semble prêt à ajuster la législation pour régler les imprécisions, l'enjeu demeure considérable pour les finances publiques, notamment dans le contexte d'un besoin croissant d'investissement dans les énergies vertes. 




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook