Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Radicalisation et manipulation mentale : des clefs conceptuelles et opérationnelles





Le 20 Juin 2018, par Hubert De LANGLE

De nombreux récents et moins récents excellents ouvrages proposent un regard analytique ou d’observation attentive sur le travail de sape réalisé par les groupes djihadistes sur les sociétés qu’ils ciblent.
Or, le livre de Yannick Bressan « Radicalisation, renseignement et individus toxiques » ne propose pas ici un énième ouvrage sur le sujet même si le thème reste lié.


La perspective d’étude et de prise en charge de ces questions change en profondeur ; loin de la seule psychiatrisation du problème, loin de toute excuse socioculturelle béate et stérile ou encore, loin d’un durcissement sécuritaire stigmatisant à outrance, il s’agit ici de poser les « lignes de force » de la manipulation mentale sous l’angle et par l’exemple des techniques qu’emploient les djihadistes depuis des années, mais aussi d’envisager sereinement une prise en charge de la question.
L’auteur présente ainsi des concepts clefs qu’il élabore théoriquement et concrètement depuis plus d’une décennie auprès de différents services de l’État. Il s’agira dès lors de mettre ses propositions à l’épreuve du feu de la question djihadiste et plus largement de la manipulation mentale en général.
Le livre qu’il nous propose chez VA Editions, « Radicalisation, renseignement et individus toxiques », est ainsi, l’occasion de reposer certains concepts, termes et expressions que l’auteur a pu faire émerger et utiliser depuis quelques années en les reprécisant et en leur redonnant leur dimension et leur perspective première tant ils ont été galvaudés, suremployés voire mal employés. C’est ainsi que l’adhésion (émergentiste), la (bombe à) fragmentation (psychologique), fascination/sidération, la dissonance ou encore la « mise en scène » de la terreur, retrouveront dans ce livre leurs racines premières et l’éclairage neuropsychologique qui les a vu naître.
La vision et le constat phénoménologique proposé, bien qu’inquiétant, a ici une vocation sociale et sociétale positive ; il s’agit, en tirant les enseignements d’années de manœuvres psychologiques offensives de la part des groupes djihadistes, d’Al-Qaïda à Daesh, de relever une constante neuropsychologique à l’œuvre : l’adhésion émergentiste.
Une fois la chose faite et abondamment illustrée par des exemples d’attaques terroristes sur les esprits de nos sociétés contemporaines, il sera alors question de postuler le traitement du problème, de la société et des individus en souffrances via l’éclairage des prises en charge surprenantes.
En effet, cet ouvrage propose un éclairage novateur de la question en recourant à des ressorts neuropsychologiques connus et reconnus, mais aussi à des techniques inusitées en la matière telle l’hypnothérapie,
La grille de lecture offerte au travers de cet ouvrage est celle de l’adhésion émergentiste. Le phénomène neuropsychologiques du PAEm (Principe d’adhésion émergentiste) offre des perspectives nouvelles, très surprenantes et inusitées à la compréhension et à la prise en charge, par les services de sécurité, par les décideurs et plus largement par tout un chacun ayant pris conscience des techniques exposées ici, du mal profond qui ronge les sociétés d’Orients et d’Occidents suite aux opérations psychologiques offensives subies.
Ce livre a pour objet d’offrir un éclairage le plus complet possible et accessible en la matière.

L’auteur de ce livre, Yannick Bressan, est docteur en Sciences humaines, directeur de recherche au Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R) et chercheur en neuropsychologie.
L’un de ses principaux champs d’investigation est l’analyse des constructions narratives appliquées à Internet (Cyberpsyops) en vue d’engager des processus psychologiques massifs et individuels. Il s’agit pour lui, dans un questionnement résolument interdisciplinaire, d’identifier, de comprendre et d’envisager le traitement des phénomènes de radicalisation, de manipulations mentales/psychologiques, d’influence (par l’image, le son, etc.).


Pour plus d'information et/ou commander, cliquer ICI
 



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

















Rss
Twitter
Facebook