Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

En France, l’absentéisme est de plus en plus fort au travail





Le 20 Octobre 2021, par Paul Laurent

Selon une étude du courtier en assurance Gras Savoye Willis Towers Watson, la pandémie de Covid-19 a accéléré les cas d’absentéisme au travail en France de 20% entre 2019 et 2020.


Absentéisme au travail, la situation ne s’améliore pas

louisehoffmann83/Pixabay
louisehoffmann83/Pixabay
Selon le cabinet de courtier Gras Savoye Willis Towers Watson, l’absentéisme a augmenté de 7% sur les cinq premiers mois de l’année 2021. Pour Noémie Marciano, la directrice Offre de Conseil Health & Benefits du courtier, explique qu’il n’y a plus « d’arrêts dérogatoires dus au confinement, on est donc sur d’autres raisons ». L’étude du cabinet de courtiers sur les arrêts de travail se base sur 671 sociétés et sur 350.000 salariés à travers la France. Les arrêts dérogatoires sont, bien évidemment, les malades du covid-19, les personnes qui ont dû subir des mises en quarantaine obligatoires, des burn-out, etc. 

Plus d’un tiers des salariés français avaient au moins posé un arrêt de travail au cours de l’année 2020. Les années précédentes, ce chiffre balançait entre 25% et 28% selon le cabinet de courtiers. L’étude explique que l’absentéisme est passé de 4,18% en 2019 à 5,04% en 2020, soit une augmentation de l’absentéisme de 20%. 850.000 arrêts de travail ont été enregistrés avant la fin mars 2020 avec le secteur de la santé comme secteur le plus touché avec une augmentation de 26% en 2020 par rapport à 2019.

Un absentéisme plus ou moins fort selon la région

C’est la région Grand-Est qui enregistre le plus grand nombre de cas d’arrêts de travail passant de 5,3% en 2019 à 6,6% avec la pandémie de Covid-19 en 2020. La deuxième région où les absences sont les plus fréquentes est les Hauts-de-France passant de 5,2% en 2019 à 6,3% en 2020. Au contraire, la région Île-de-France enregistre le taux le plus bas d’absentéisme au travail passant 3,3% en 2019 à 4% en 2020, suivi par la Bretagne passant de 3,8% en 2019 à 4,4% en 2020.

Depuis 2016, l’étude a enregistré une augmentation de 4% par an. Même si la crise du covid a accentué l’essor de l'absentéisme en France, ce phénomène n’est pas nouveau. Selon le cabinet de courtiers, un taux d’absentéisme de 5% entraînerait un coût compris entre 1,5 et 3 millions d’euros par an pour une entreprise de 1.000 salariés payés en moyenne 30.000 euros par an.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook