Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Grenoble dit adieu aux panneaux publicitaires





Le 24 Novembre 2014, par

La ville de Grenoble veut mettre un coup d'arrêt à la pollution visuelle que représente la prolifération des panneaux publicitaires dans ses rues. L'intégralité de ces panneaux vont ainsi être démontés !


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
Ce sont 326 panneaux publicitaires qui vont passer à l'as à partir du début de l'année prochaine. Le démontage prendra quatre mois environ, ce qui permettra à la mairie écologiste (la seule de France) de s'afficher « sans pub » comme le jeune maire, Eric Piolle, l'avait promis. Cependant, les abribus et les arrêts du tramway continueront d'afficher de la publicité, ce jusqu'en 2019 et la fin du contrat avec JC Decaux.

Le numéro un de la communication urbaine s'est vu notifier que son contrat pour les panneaux publicitaires ne serait pas renouvelé; ce sera aussi le cas pour le contrat concernant les 1 000 abribus qui court donc jusqu'en 2019. 

L'association grenobloise de lutte contre la pollution visuelle, Paysages de France, salue une victoire symbolique et importante, tandis que la mairie va devoir compenser les 600 000 euros qu'elle ne recevra plus des mains de JC Decaux. Une moitié de cette somme a déjà été dénichée puisque le conseil municipal a décidé de réduire de 25% les indemnités des élus. Et les économies se poursuivront : entre 2013 et 2014, Grenoble a déjà réduit son budget de 190 000 euros.

Cette première européenne sera t-elle suivie par d'autres villes ? Cela reste à voir : Sao Paulo, qui a supprimé ses panneaux de pub en 2007, est finalement revenu dessus. C'est JC Decaux qui a d'ailleurs récupéré ce marché…


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur



1.Posté par AlainAstouric le 25/11/2014 17:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La pub  c'est  la  conso  et  la  conso  c'est  le  système.  S'en  prendre  à  la  pub  c'est  donc  s'en  prendre  au  système,  et  là,  on  est  médiatiquement  mort !!!  J'en  sais  quelque  chose  en  tant  qu'auteur  de  "La tyrannie du marketing"  pourtant  en  vente  dans  toutes  les  librairies  de  France,  Belgique  et  Suisse:  astouric.icioula.org

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook