Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les services publics français : un enjeu de proximité





Le 28 Novembre 2022, par La Rédaction

Répondre aux besoins d’intérêt général : tel est l’ADN des services publics. Les Français se disent attachés à ces services qui les accompagnent au quotidien. Une autre grande notion est inhérente aux services publics : la proximité, source de reconnaissance pour les citoyens.


D’après le baromètre des territoires 2020 (La France en morceaux), réalisé par l’Institut Montaigne et Elabe, 25% des Français se sentent assignés à leur territoire et vivent difficilement les inégalités sociales et territoriales existantes dans l’Hexagone. En clair, la proximité des services publics est vécue comme une forme de reconnaissance par les citoyens.

Ces derniers se sentent ainsi isolés quand les écoles, les centres hospitaliers, les bureaux de postes, les commissariats et autres caisses primaires d’assurances maladies sont éloignés de leur domicile. Sans parler des difficultés quotidiennes pour effectuer les démarches administratives.

Conscient de la situation, les acteurs publics ont revisité leur fonctionnement en optimisant les moyens et en simplifiant les démarches. Le développement du numérique ou le maillage territorial ont par ailleurs bouleversé le rapport des Français à leurs services publics.

Pour éviter la marginalisation d’une partie de la population, les services publics doivent renforcer le lien social en se rapprochant des Français. Problème : cette proximité est particulièrement mise à mal dans les zones rurales à faible densité, où l’accès aux services publics est de plus en plus difficile.

Bon nombre d’organisations publiques pallient à ce constat en renforçant leurs offres de proximité. C’est notamment le cas du groupe La Poste, qui a créé en 2011 un dispositif « facteur-guichetier » permettant aux citoyens vivant dans les territoires ruraux et péri-urbains à faible densité de bénéficier des services du groupe français.

Ce dispositif est né d’une synergie entre les branches Grand Public et Numérique et Service-Courrier-Colis de La Poste. Le salarié partage son temps entre une activité de distribution des colis/courriers et l’accueil et le conseil des clients au sein des bureaux de poste de la commune. Le 1 500ème facteur-guichetier vient d’être recruté. D’ici un an, 2 000 postières et postiers exerceront ce double métier au cœur des territoires.

« Le facteur-guichetier permet de maintenir la présence de La Poste au cœur des territoires et d’assurer un service de proximité. Pour les clients c’est non seulement l’assurance d’une présence humaine, la pérennité du lien social en milieu rural et la garantie d’un service de proximité en bureau de poste, complémentaire à notre présence digitale. Pour les facteurs, c’est l’opportunité de développer de nouvelles compétences ainsi que de nouvelles perspectives d’évolution », détaille Nathalie Collin, directrice générale adjointe du groupe La Poste, en charge de la branche Grand Public et Numérique.



Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook