Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Cornas, en l’espèce…





Le 18 Novembre 2019, par Sébastien Burel - Expert

Hier encore, ce n’était qu’une belle endormie, nichée entre Ardèche et Drôme, au Nord de Valence. Pourtant, en quelques années, les 150 ha de l’Appellation d’Origine Protégée Cornas (AOP), sont devenus un vrai Pays de Cocagne, dont les bouteilles de vin rouge émoustillent toute la planète vin. Comment s’explique un tel succès ?


Vignoble Cornas
Vignoble Cornas
« Location, location, location. » Cette maxime cardinale du commerce s’applique parfaitement à Cornas, qui bénéficie du voisinage de vignobles dont la notoriété n’a cessé de croitre depuis les 80’s : Ermitage, Côte-Rôtie pour les plus prestigieux, Saint-Joseph et Croze-Ermitage pour les plus dynamiques. Plus confidentielle, confinée à une image de vin de connaisseurs, Cornas s’était tenue à l’écart de la starification des grandes syrahs du Nord. Ce beau cirque, formés de sols granitiques escarpés rivalise pourtant en tout point avec les pentes vertigineuses de la Côte Blonde ou de la Chapelle de l’Ermitage. La soif inextinguible des marchés pour les joyaux du Rhône s’est donc tout naturellement étendue aux vins de Cornas.
 
Les vins de Cornas jouissent d’une très forte personnalité, et ne peuvent en aucun cas être cantonnés au rôle de faire-valoir de leurs voisins. Bien au contraire. La corrélation exceptionnellement forte entre terroir et vin confère un style particulier aux syrahs de Cornas : la robe est soutenue sans être charbonneuse, le nez est intense, discrètement épicé mais moins poivré qu’en Croze par exemple. C’est en bouche, que Cornas affiche toute son originalité : elle est nerveuse, sapide, ferme… même dans les millésimes chauds.
 
74 producteurs déclinent chacun à leur manière le style bien défini de l’appellation. Si le Domaine Clape demeure pour les collectionneurs la référence en matière de style traditionnel (jeunesse austère, maturité éblouissante mais tout en retenue), nombreux sont les vignerons qui impriment leur marque, sans renier le style Cornas. Une trentaine d’entre eux se réunissaient cette semaine sous les ors du Plazza Athénée pour faire déguster leurs cuvées à la place parisienne. Il faut bien un palace pour donner un cadre à ces vins dont les prix débutent aux alentours de la quarantaine d’euros. Coups de cœur :

DOMAINE DU COULET
Longtemps perçu comme un iconoclaste naturiste (producteur de vin « nature », sans soufre ajouté), Matthieu Barret fait la démonstration d’une très grande maitrise tant à la vigne qu’au chai.
Brise Cailloux 2017 : Des raisins biodynamiques, vendangés juste à maturité préserve la fraicheur.
La Géniale Patronne 2017 : Beaucoup de tension, une remarquable sapidité due notamment aux 70% de grappes entières (non éraflées) pendant les vinifications.
Billes noires 2015 :  un vin solaire, charnu, soutenu par des tanins mûrs, exactement.
 
DOMAINE GUY FARGE
Un regard très classique sur Cornas.
Cornas-Harmonie 2017 : Le vin est dense, ferme, charpenté. Vinifié en grappes entières, élevé traditionnellement dans des fûts de 400L., c’est un vrai Cornas d’école.

DOMAINE DE LORIENT
Deux jeunes tout juste installés. La viticulture est bio, le style abordable et sage. Un domaine à suivre.
Cornas 2018 : Le vin sera disponible au printemps mais il révèle un joli potentiel. Concentré mais sans lourdeur, nerveux mais sans maigreur, gourmand mais sans vulgarité.
 
DOMAINE ALAIN VOGE
Un domaine certifié en biodynamie et qui assume totalement le « classicisme éclairé » de ses vins.
Vieilles vignes 2017 : Absolument rien ne manque à cette bouteille qui frise la perfection : le vin est frais, franc et franchement bon.
Alain Voge au Plazza Athénée
Alain Voge au Plazza Athénée



Vitis













Rss
Twitter
Facebook