Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La SNCF prolonge l'échange et le remboursement sans frais des billets grandes lignes





Le 26 Août 2020, par La rédaction

La SNCF poursuit son opération séduction auprès des voyageurs, suite à la crise sanitaire. L'échange et le remboursement des billets grandes lignes sans frais sont prolongés.


Nouveau geste commercial

La SNCF multiplie les gestes commerciaux pour séduire de nouveau des voyageurs qui auraient pris peur après la crise sanitaire du coronavirus. L'entreprise a ainsi annoncé la prolongation, jusqu'au 1er novembre, des échanges et des remboursements sans frais des billets grandes lignes (TGV inOui, OuiGo, Intercités, ainsi que les TER en correspondance). Le dispositif, qui a débuté au mois de mars, donc au tout début de la période de confinement, devait prendre fin le 31 août. « Nous prolongeons la facilité d'achat des billets longues distances SNCF : les frais d'échange et de remboursement sont gratuits jusqu'au 1er novembre », confirme Alain Krakovitch le directeur général de Voyages SNCF, sur Twitter.

C'est une bonne nouvelle pour le portefeuille des voyageurs, qui gagnent une souplesse supplémentaire dans la gestion de leurs billets de train. C'est aussi un moyen pour la SNCF d'encourager ses clients à reprendre le chemin des rails ! Cet été, le transporteur est parvenu à atteindre son objectif de 20 millions de voyageurs, dont 18 millions dans les TGV et Intercités, malgré l'incertitude sanitaire et le rebond des cas de contaminations. C'est tout de même 5 millions de moins que l'an dernier à la même époque.

20 millions de voyageurs cet été

Néanmoins, ce pari tenu n'est pas sans conséquences pour les comptes de la SNCF. Le groupe public a en effet multiplié les promotions : les cartes Avantages à moitié prix (25 €) depuis le 17 août, l'abonnement TGV Max à 1 euro (contre 79 euros) pour les jeunes de 16 à 27 ans, ainsi que 5 millions TGV et Intercités à moins de 49 euros (plus de 3 millions avaient déjà été vendus mi-août). Une opération qui a payé : le mois dernier, les trains low cost Ouigo ont enregistré une hausse de 10% des réservations.

Le bilan plutôt positif en termes de fréquentation voyageurs ne permettra pas à la SNCF de compenser le manque à gagner subi par l'entreprise durant la crise sanitaire. Il se monte à 4 milliards d'euros, en raison de l'activité extrêmement réduite au printemps. Si on y ajoute le mouvement social de l'an dernier contre la réforme des retraites, ce manque à gagner s'établit à 5 milliards d'euros.



Tags : SNCF

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

« Quand l'inspiration vient aux dirigeants et profite au monde qui nous entoure »

Islamo…quelque chose…oui, mais quoi ?

In-house Shadow Cabinet : Un cabinet fantôme au sein des comités stratégiques

La Corporation des Incertitudes : La Génétique Managériale des Conquérants

Faut-il nationaliser Sanofi ?

Décryptage Stratégique de la Pensée Sun Tzu

Merci Donald !

Schoolab Entreprise à Mission ou comment concilier Business et enjeux sociétaux













Rss
Twitter
Facebook