Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Naf Naf sauvée par une entreprise turque





Le 20 Juin 2024, par La rédaction

L'enseigne française de prêt-à-porter féminin Naf Naf, en redressement judiciaire depuis septembre dernier, a trouvé un nouveau souffle. La société turque Migiboy Tekstil a acquis la marque, permettant de préserver 90 % des emplois. Ce rachat, d'une valeur de plus d'1,5 million d'euros, assure la sauvegarde des postes de 521 salariés et la pérennité d'une centaine de boutiques.


Un redressement judiciaire inévitable pour Naf Naf

Placée en redressement judiciaire le 6 septembre dernier, Naf Naf était lourdement endettée. Les loyers impayés durant la pandémie de Covid-19, couplés à une baisse de fréquentation des zones commerciales et à l'augmentation des coûts des matières premières, ont gravement affecté l'activité économique de la marque. Le tribunal de commerce de Bobigny a précisé que ces facteurs avaient conduit à la décision de redressement judiciaire.

Cette situation n'était pas une première pour l'entreprise. Fondée par les frères Gérard et Patrick Pariente, Naf Naf avait déjà subi un redressement judiciaire en 2020. À cette époque, elle avait été reprise par le groupe franco-turc SY International, propriétaire de l'enseigne Sinéquanone depuis 2019.

Malgré des tentatives de restructuration, dont des suppressions d'emplois et des fermetures de boutiques, les résultats de la période d'observation n'étaient pas encourageants. Face à ces difficultés, les administrateurs judiciaires ont lancé un appel d'offres en avril dernier, aboutissant à la reprise par Migiboy Tekstil.

Une crise généralisée du secteur textile

La situation de Naf Naf s'inscrit dans une crise plus large qui frappe le secteur textile français. Depuis plusieurs années, de nombreuses enseignes de prêt-à-porter ont dû cesser leurs activités. Parmi elles, Camaïeu, Kookai, Burton of London et San Marina ont déjà mis la clé sous la porte. D'autres marques, telles que DPAM, Sergent Major, Princesse Tam Tam, Comptoir des Cotonniers et Ikks, sont menacées.

Selon l'Institut Français de la Mode (IFM), les ventes dans le secteur de la mode ont chuté de 4 % en 2023. Cette baisse est attribuée à plusieurs facteurs : les conséquences durables de la pandémie de Covid-19, l'inflation, l'augmentation des prix de l'énergie et des matières premières. De plus, le marché de la seconde main et de la fast fashion représente une concurrence sévère pour les enseignes traditionnelles de mode française.

Le rachat de Naf Naf par Migiboy Tekstil offre une lueur d'espoir dans ce contexte difficile. La société turque s'est engagée à sauvegarder une majorité des emplois et à maintenir une présence significative de la marque sur le marché français. Cette opération pourrait servir de modèle pour d'autres enseignes en difficulté, démontrant qu'une stratégie de reprise adaptée peut contribuer à surmonter les défis économiques actuels.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Les Arpents du Soleil: un vignoble normand dans la cour des grands

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence"

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook