Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Un espoir de taille pour les vins doux naturels





Le 11 Décembre 2019, par Sébastien BUREL, expert en vin

En rupture complète avec les codes d’un marché quasi atone, un producteur de vins doux naturels des Pyrénées Orientales s’est lancé à la reconquête d’un nouveau public en misant sur la commercialisation de gros flacons spectaculaires. Un pari audacieux pour ces vins d’exception pourtant boudés par les consommateurs.


Sans jouer les Cassandre, les vins doux naturels (VDN) ne sont pas en très grande forme. Cinq des principales appellations sont produites dans le Roussillon : Muscat de Rivesaltes, Rivesaltes, Maury, Banyuls et Banyuls Grand Cru. Or, selon le Conseil Interprofessionnel des Vins du Roussillon (CIVR), seulement 3% des volumes partent à l’export, soient environ 590 000 cols (sur les 6,7 millions de cols exportés d’AOP Vins du Roussillon). Ainsi, le marché belge, premier acheteur étranger, dépasse tout juste le demi-million d’€ ! Plus de 80% des 18,7 millions de cols de VDN du Roussillon commercialisés sur le marché français, le sont par la grande distribution, un ratio très souvent synonyme de bas prix et de faibles marges.

Pourtant, ces vins doux naturels peuvent être de véritables pépites, dont la qualité et la diversité les placent au niveau des meilleurs portos, leur principal concurrent. Leur mode de production est d’ailleurs similaire : les raisins sont vendangés à maturité, la fermentation alcoolique des jus s’enclenche puis est stoppée par l’adjonction d’une eau de vie de vin qui élève le niveau d’alcool au-delà de 15%. C’est le mutage qui se fait alors qu’une bonne partie des sucres ne sont pas fermentés. Les cépages varient d’un endroit à l’autre, tout comme les méthodes d’élevage qu’on peut toutefois réunir en deux familles : les oxydatifs d’une part, et les non-oxydatifs qui vieillissent à l’abri de l’air, d’autre part.
Mal connus, ces VDN sont souvent assimilés à des liqueurs, ou pire encore, à des « vins cuits », expression peu flatteuse qui évoque inévitablement la bouteille à capsule à vis stockée ad vitam par sa grand-mère.

En tournée commerciale en juin dernier avec son agent parisien, Nicolas Raffy, directeur du Mas Amiel à Maury, est reçu par le sommelier de la Tour d’Argent, un fan de vins doux naturels et qui certes apprécie les vins, mais qui vient juste d’acheter une très grosse bouteille de porto, sérigraphiée au nom du prestigieux restaurant. L’anecdote fait tilt dans l’esprit du vigneron. Des grands flacons, il en possède justement toute une collection, puisqu’une partie de ses vins de Maury oxydatifs vieillissent en « dame-jeanne », des bonbonnes de verre de 15 litres.

Qu’à cela ne tienne, puisque les portugais ont reconquis les palais et réussi à monter en gamme en mettant en scène le service de leurs vins, Maury peut bien en faire autant. Moins de deux mois plus tard, la première dame-jeanne de Maury est expédiée in-extrémis pour l’ouverture d’un tout nouveau restaurant de Saint-Germain des Prés, chez Gilberte. Pierre Guignard, son jeune sommelier, fait le pari de servir un Maury vintage de 1980, lui qui est né en … 1994. Armé d’une pipette qu’il plonge dans la grosse bouteille pansue, il théâtralise le service de ce vin, pour accompagner les desserts de la maison. Les clients redemandent de ce vin subtil, frais, minéral et dont la sucrosité a lentement été grignotée par l’élevage.

L’engouement s’étend vite au-delà de Paris, où une dizaine d’établissements ont déjà reçu leur dame-jeanne personnalisée. En quelques mois à peine, 35 bonbonnes se sont écoulées dans des établissements triés sur le volet. On peut désormais s’offrir une pipette de Mas Amiel jusqu’à Hong Kong ! Deux assemblages (20 ans et 30 ans) et trois vins millésimés sont disponibles, 1985, 1980 et même 1969. Le rapport qualité-prix très favorable (la bonbonne de 10 L de vin est facturée aux professionnels entre 280 et 1000 € hors-taxe !), l’approche marketing innovante et la passion de sommeliers à peine trentenaires offrent une seconde jeunesse aux vins doux naturels de Maury.

 

Un espoir de taille pour les vins doux naturels



Sébastien BUREL, expert en vin
fermynt.com
 
Chez Gilberte,
79, rue de Seine, 75006 Paris
Mas Amiel, 66460 MAURY


Vitis



Les entretiens du JDE

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare













Rss
Twitter
Facebook