Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Vers un nouveau plan social pour Nokia France





Le 16 Juin 2020, par La rédaction

Nokia France, qui regroupe les activités de l'ex Alcatel-Lucent, pourrait procéder à un nouveau tour de vis et réduire encore ses effectifs. Ce serait le quatrième plan social pour le groupe en quatre ans.


Un « projet de transformation » en France

Le 22 juin, une réunion du comité social et économique de Nokia France devrait confirmer la rumeur colportée par La Tribune. Un « projet de transformation en France » y serait présenté, synonyme d'une nouvelle réduction des effectifs. En 2016, l'acquisition par le groupe finlandais Nokia du français Alcatel-Lucent était présenté par le ministre de l'Économie de l'époque, un certain Emmanuel Macron, comme une « bonne opération », une « opération d'avenir ». Mais depuis, c'est la débandade : trois plans sociaux ont été organisés, pour un total de 1.200 emplois supprimés. Nokia France compte désormais 5.200 salariés (la moitié au sein de la recherche & développement).

Et il est probable que ce chiffre baisse encore à la faveur de ce nouveau programme d'économies. Nokia avait multiplié les engagements lors de l'acquisition de l'ancien fleuron tricolore : embauche de 500 ingénieurs en R&D, maintien de plusieurs sites… Mais les déconvenues se sont multipliées, tandis que le géant européen des équipements télécoms n'a cessé de perdre du terrain face à la concurrence, que ce soit pour les réseaux 4G ou, plus embarrassant encore, pour la 5G.

Huawei loin devant

Le groupe chinois Huawei a produit un effort colossal pour se hisser à la première place du classement des équipementiers pour la 4G et la 5G dans le monde : l'entreprise soutenue par Pékin affiche une part de marché de 30%, alors que Nokia a dévissé (entre 25 et 27%). Nokia s'est aussi fait distancer par le rival européen Ericsson. Sur le déploiement des réseaux 5G, Nokia rencontre également des difficultés avec 18,8% du marché, contre 26,6% pour Ericsson et 33% pour Huawei.

Ce déclassement intervient alors que Huawei subit des restrictions, voire des interdictions de déploiements dans plusieurs pays. Nokia est dans une position telle que l'entreprise pourrait devenir une proie pour d'autres groupes… Et même pour les États-Unis : pour contrer Huawei, l'administration Trump a évoqué la possibilité d'acquérir le champion européen des équipements télécom.



Tags : Nokia

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"














Rss
Twitter
Facebook