Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Airbus : des pertes nettes en raison du coronavirus





Le 29 Avril 2020, par François Lapierre

Les effets de l'épidémie de coronavirus se sont rapidement fait sentir sur les performances d'Airbus. Le constructeur européen a dévoilé les résultats de son premier trimestre mercredi 29 avril.


Lourdes pertes en raison de la crise sanitaire

Le contraste est saisissant : alors qu'Airbus avait annoncé un bénéfice net de 40 millions d'euros au premier trimestre de l'an dernier, durant les trois premiers mois de 2020, l'avionneur européen affiche une perte nette de 481 millions. Le chiffre d'affaires s'établit à 10,6 milliards d'euros, en baisse de 15,2% d'une année sur l'autre. Cette chute des ventes reflète l'environnement difficile qui affecte l'aviation commerciale, a expliqué l'entreprise. Le nombre de livraisons a baissé de 40 unités, là aussi à cause du coronavirus. Guillaume Faury, le président du groupe, indique que le démarrage de l'année a été solide sur les plans commercial et industriel, mais « nous constatons rapidement l'impact de la pandémie de Covid-19 dans nos comptes ». Pour le dirigeant, c'est tout simplement « la plus grave crise jamais rencontrée par l'industrie aéronautique ».

Sur le trimestre, Airbus a livré 122 avions, tandis que 60 autres ont été produits… mais pas livrés. Le constructeur a enregistré des commandes nettes pour un total de 290 avions sur les trois premiers mois de l'année, un excellent chiffre en regard de la performance négative du premier trimestre 2019 (le solde des commandes avait été négatif : -58 avions). Guillaume Faury précise qu'il n'y a pas eu d'annulation liée à la pandémie entre janvier et fin mars. Le groupe n'a pas donné d'objectifs de résultats pour le reste de l'année, étant donné les incertitudes autour de la reprise de l'activité.

Boeing supprime 10% de ses effectifs

Dans un courrier envoyé cette semaine aux 135.000 salariés d'Airbus, le président de l'entreprise a prévenu que la situation pourrait encore empirer : « Vu la situation des compagnies, une chute des cadences jusqu’à 50 % doit être envisagée », tandis qu'il assurait que la survie du groupe était en jeu. La trésorerie est très sollicitée, mais heureusement Airbus a pu sécuriser des crédits à hauteur de 15 milliards d'euros.

Du côté du rival américain Boeing, ce sont les effectifs qui vont se réduire de 10%. Un plan de départs volontaires est annoncé, tout comme des licenciements secs, au sein de la division aviation civile. Boeing emploie 160.000 personnes dans le monde. Le constructeur va également réduire la production de ses avions long-courriers 787 (elle passe de 14 appareils par mois à 10 jusqu'en 2021) et 777/777X (elle va passer de 5 unités à 3 en 2021).



Tags : Airbus

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Schoolab Entreprise à Mission ou comment concilier Business et enjeux sociétaux

Violence policière est fait divers

Marie Legrand, directrice générale d'Audio 2000 : "Audio 2000 s'est construit autour des valeurs de professionnalisme, d'innovation et d'accessibilité "

Le MoHo : un collectif pour changer le monde !

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute













Rss
Twitter
Facebook