Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le nombre de chômeurs augmente fortement en mars





Le 27 Avril 2020, par Olivier Sancerre

Le chômage a explosé au mois de mars, avec une hausse jamais vue de plus de 7% du nombre d'inscrits en catégorie A. Une conséquence directe des mesures de confinement.


+7,1% de chômeurs dans la catégorie A

Les chiffres de la Dares, le service statistiques du ministère du Travail, montre la force de l'impact des mesures de confinement sur l'économie française. En mars, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A (n'ayant pas du tout travaillé) inscrits à Pôle Emploi a augmenté de 246.000 personnes, soit une hausse de 7,1%. Du jamais vu depuis 1996 ! En tout, la France comptait fin mars un total de 3.732.500 chômeurs dans cette catégorie. Les catégories B et C (personnes ayant eu une activité réduite) recule de 3,1% avec 68.600 chômeurs en moins. Quand on prend les trois principales catégories, A, B et C, le chômage augmente de 3,1% (177.500 personnes), soit la deuxième plus forte hausse depuis avril 2009.

Les entrées à Pôle Emploi dans les trois catégories ont très fortement augmenté (+5,5%), mais par contre les sorties sont en chute de 29%. Sur l'ensemble du premier trimestre, les chiffres sont plus équilibrés avec une hausse mesurée du chômage de 0,8%, avec 28.000 personnes supplémentaires. La Dares relève un recul du chômage de 1,9% sur un an. Mais le mois de mars a mis un coup d'arrêt à la baisse continue des chiffres du chômage. 

La situation ne va pas s'améliorer à court terme

À partir du 17 mars et le début du confinement, « les entrées pour fins de mission d'intérim et fins de contrats courts sont en hausse, la mise en place du confinement ayant conduit à des non-renouvellements ainsi qu'à de moindres nouvelles embauches de courte durée », explique le service. Le gouvernement, qui s'était fixé un objectif du chômage à 7% à la fin du quinquennat, va devoir revoir ses ambitions à la baisse.

La reprise de l'activité sera progressive à compter du 11 mai, ce qui signifie que tous les salariés actuellement au chômage partiel (ils sont plus de 10 millions, soit plus d'un salarié du privé sur deux) ne retourneront pas à leur emploi dès la fin du confinement. La croissance négative cette année (-8%), et les mauvais chiffres de l'économie en général (déficit à 9%, dette à 115%) ne plaident pas en faveur d'un retournement rapide de la situation.





1.Posté par PlaceDesFinances le 29/04/2020 17:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ca va devenir vraiment difficile les prochains car il va y avoir des vagues de licenciement.

On espère vraiment que l'économie repartira sans trop de mal après le confinement mais bon ca va être très très dur...

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)

Comment réagir face à l'entrisme islamique en entreprise

« Fantaisies quantiques » : Quand la collaboration des chercheurs fait avancer l’humanité !

« MAINSTREAM » : Il y a bien une bataille mondiale pour une domination culturelle













Rss
Twitter
Facebook