Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les tarifs réglementés du gaz encore en baisse le 1er mai





Le 29 Avril 2020, par La rédaction

Les ménages abonnés aux tarifs réglementés d'Engie vont bénéficier d'une nouvelle baisse des prix du gaz à partir du 1er mai. Une bonne nouvelle alors que les mesures de confinement sont toujours en place jusqu'au 11 mai.


Baisse de 1,3% en moyenne

Coronavirus ou pas, la situation sanitaire du pays n'a pas empêché la Commission de régulation de l'énergie de faire sa recommandation mensuelle concernant les tarifs réglementés du gaz. Les prix vont donc baisser de 1,3% en moyenne à compter du 1er mai. Comme toujours, la baisse sera plus ou moins importante en fonction de l'usage du gaz. Pour les ménages qui s'en servent pour le chauffage et la cuisson, ils devront se contenter de -0,7%. La baisse est encore plus faible pour ceux qui utilisent le gaz pour cuisiner : -0,3%. Les consommateurs de gaz pour se chauffer bénéficieront du recul le plus élevé, soit 1,3% de moins sur la facture.

Dans les trois cas cependant, personne ne viendra se plaindre d'une baisse des prix. Ce d'autant que les mesures de confinement sont toujours en place jusqu'au 11 mai, ce qui augmente la consommation de l'énergie à la maison. Les prix réglementés du gaz pratiqués par Engie ont vocation à disparaitre d'ici 2023, sur décision de justice. Près de 4 millions de foyers français sont encore concernés par ces évaluations mensuelles qui concernent en fait l'ensemble des consommateurs de gaz : les prix des offres « de marché » sont habituellement indexés sur ceux des tarifs réglementés.

Le pétrole tire les prix du gaz à la baisse

Comment expliquer cette nouvelle baisse des prix du gaz ? La formule de calcul de la Commission repose en partie sur les coûts d'approvisionnement d'Engie, qui sont en baisse. Sur les marchés mondiaux, le gaz coûte moins cher, ce qui se répercute sur les tarifs réglementés. Si l'énergie voit son coût brut baisser, c'est en raison des cours du pétrole, qui représentent 20% environ du prix final d'approvisionnement du gaz. 

L'or noir qui baisse, c'est bon pour les prix du gaz proposé aux consommateurs. Le pétrole est au plus bas depuis plusieurs semaines, le baril de WTI est même passé sous le seuil des 0 $… Mais les coûts d'approvisionnement ne représentant que la moitié du prix final du gaz, le recul important enregistré sur les marchés mondiaux du pétrole a une influence relative sur les tarifs réglementés du gaz. 



Tags : gaz

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"














Rss
Twitter
Facebook