Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Procès de l’UIMM : le scandale syndical ?





Le 16 Octobre 2013

Le 8 octobre dernier s’ouvrait le procès en correctionnelle de la caisse noire de l’Union des industries et des métiers de la métallurgie (UIMM). Denis Gautier-Sauvagnac, ancien délégué général, est depuis le début de l’affaire au premier plan de ce scandale qui menace de mettre sur le banc des accusés l’ensemble du mode de financement d’une grande partie du monde syndical français. Entre 2000 et 2007, 16 millions d’euros auraient été retirés en liquide des fonds de l’UIMM à destination de « tous les syndicats représentatifs », d’après un des accusés, Arnaud Leenhardt.


La fin d’une omerta

Procès de l’UIMM : le scandale syndical ?

Denis Gautier Sauvagnac est même allé plus loin et a tenu à briser ce qui semble constituer un tabou depuis un long moment : "Ces contributions étaient une forme de l'appui que, depuis des décennies, l'UIMM apportait à des organisations de salariés et patronales". Ce versement de fonds à divers syndicats se faisait apparement par le biais d’achat ou de locations (à très bon prix) de produits ou de services par l’IUMM à d’autres organisation, ou tout simplement par la remise d’espèces. Si aucun nom d’organisation ou de personnalité n’a encore filtré, les allégations sont pour le moins univoque : si le Conseil National du Patronat Français (CNPF, ex-MEDEF) a bénéficié de cet argent, les anciens responsables de l’UIMM accusent également les « cinq syndicats représentatifs » sans toutefois les nommer. Interrogé sur le mode de répartition des enveloppes, Denis Gautier-Sauvagnac parle d’un véritable « abonnement ». Après à peine une semaine de procès, la suite s’annonce forte.


Les intéressés nient en bloc

De son côté, la fédération métallurgie de la CFDT a pris les devants : décrivant "des pratiques patronales inadmissibles, doublées d'allégations nuisibles", et menaçant d’attaquer en diffamation les anciens responsables de l’IUMM.  FO a également démenti tout contact avec l’IUMM, tout comme la CGT, qui a réagi par le biais de son responsable : « La CGT n’a jamais touché de l’argent de l’UIMM». La CFTC a également réagi à travers un communiqué de sa fédération métallurgie, niant farouchement «avoir touché de quelque provenance, une quelconque enveloppe d’argent liquide», et se réservant également le droit  d’attaquer en justice toute personne alléguant le contraire.  Pour sa part, Pierre Gattaz, du MEDEF, s’est refusé à commenter l’affaire. Daniel Dewarin, ancien président de l’UIMM, se dit peu étonné de cette situation, et se limite à dire, pour sa part, que si les bénéficiaires des enveloppes sont particulièrement nombreux, les preuves, pour l’essentiel, n’existent pas.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising









Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »









Rss
Twitter
Facebook