Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Santé: gynéco, ophtalmo de plus en plus difficiles à consulter





Le 18 Novembre 2014, par Jessie Convers

Les spécialistes sont de plus en plus nombreux à afficher "complet" longtemps en avance. Il faut parfois attendre 6 mois pour obtenir un rendez-vous avec son ophtalmo.


Il faut parfois attendre 6 mois pour obtenir un rendez-vous avec un ophtalmo!
Il faut parfois attendre 6 mois pour obtenir un rendez-vous avec un ophtalmo!

Une pénurie de spécialistes?

Mieux vaut être en bonne santé par les temps qui courent! A en croire la dernière étude Ifop réalisée pour le cabinet de conseil Jalma, de plus en plus de généralistes et certains spécialistes affichent "complet" longtemps à l'avance. Alors qu'il faut compter en moyenne une semaine pour obtenir un rendez-vous chez son généraliste (4 jours il y a deux ans) compter en moyenne trois mois et demi pour un rendez-vous chez un ophtalmo (7 jours de plus qu'en 2012) et 57 jours pour un gynéco (2 jours de plus qu'en 2012). 

Des délais d'attente importants qui en découragent plus d'un! D'après l'étude Jalma, 64 % des personnes interrogées ont renoncé à consulter à cause de délais d'attente trop importants. C'est plus que ceux qui ont renoncé pour des raisons de coût trop élevé (46 %) ou d'éloignement géographique (32 %). La raison? Une population vieillissante qui a besoin d'un suivi de soins, notamment pour des maladies chroniques. D'après l'étude, le temps disponible pour ces pathologies devrait diminuer de 40 % entre 2010 et 2020. 

L'hôpital pourrait présenter une solution à ces délais d'attente, pourtant il semblerait que les urgences affichent également un taux d'engorgement important avec des délais d'attente supérieurs à deux heures. 31 % des personnes interrogées affirment s'y être rendu, comme solution de rechange. Mais la dégradation de l'accueil et des soins en milieu hospitalier ainsi que les économies souhaitées par l'Etat sur les dépenses de santé ne devraient pas améliorer les choses. D'ici à 2024, la prise en charge publique de la santé en France devrait baisser de 10 à 15 % . 



Tags : santé

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré
















Rss
Twitter
Facebook