Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Sanctions américaines contre Huawei : le protectionnisme néfaste pour l’innovation technologique





Le 6 Août 2020

Le durcissement des sanctions américaines contre le géant des télécoms Huawei s’inscrit dans la tendance du repli protectionniste. Pour le secteur des nouvelles technologies, il est préjudiciable à l’innovation mondiale.


Image Pikist
Image Pikist
Le 15 mai dernier, l’administration Trump annonçait le renforcement des sanctions à l’égard de Huawei, en annonçant vouloir empêcher, d’ici 3 mois, toute entreprise où qu’elle se trouve de fournir Huawei en semiconducteurs couverts par la propriété intellectuelle américaine . Une mesure qui s’appuie sur l’extra-territorialité du droit des Etats-Unis et qui permet à l’administration américaine de sanctionner toute entreprises contrevenant aux lois américaines.

Un jeu à somme non-nulle… où tout le monde est perdant

Cette décision a suscité la réaction inquiète du secteur aux Etats-Unis. Il fournit en effet en grande partie le géant chinois. Son porte-parole, John Neuffer, président de la Semiconductor Industry Association (SIA), le principal représentant des fabricants de semiconducteurs américains, a ainsi déclaré que la décision du gouvernement américain créait de l’« incertitude » et risquait de « perturber les chaînes d’approvisionnement mondiales » du secteur des semi-conducteurs.

Et pour cause : dans un rapport publié en 2019, la SIA rappelait le caractère vital de l’accès aux marchés technologiques mondiaux pour maintenir le leadership technologique américain, en particulier sur le secteur des semi-conducteurs.

Si cette réalité est très forte dans le secteur des semiconducteurs, elle l’est aussi dans d’autres secteurs de pointe tels que l’intelligence artificielle (IA). En effet, les Etats-Unis sont la destination principale des diplômés chinois en IA. Alors que 29% des chercheurs de premier plan en matière d’IA ont fait au moins une partie de leurs études en Chine, 56% d’entre eux vivent et travaillent aux Etats-Unis. Les chercheurs chinois sont une manne pour des entreprises telles que Google ou Microsoft, qui assurent pour l’heure le leadership technologique américain en matière d’IA. Bouleverser cette tendance reviendrait à mettre un coup d’arrêt à la recherche dans les domaines les plus avancés de l’IA.

Un préjudice pour l’innovation mondiale

Mais le contexte global de protectionnisme technologique dans lequel s’inscrit ce durcissement de la politique de l’administration Trump n’est pas néfaste qu’aux seules entreprises technologiques américaines. Il l’est pour l’innovation technologique mondiale. En plus des risques que fait peser la montée du protectionnisme sur la croissance mondiale, souligné par le Forum économique mondial, celle-ci entraîne également un affaiblissement de l’incitation à innover, comme l’ affirment les économistes Ufuk Akcigit de l’Université de Chicago, Sina T. Ates membre du Conseil de la Réserve Fédérale américaine et Giammario Impullitti de l’université de Nottingham.

Selon leurs travaux, le protectionnisme amoindrit la pression concurrentielle sur les entreprises et réduit artificiellement les incentives en matière de dépenses en R&D. Appuyant leur recherche sur l’histoire des Etats-Unis des années 1980, époque durant laquelle le Japon incarnait dans l’esprit du temps la grande menace technologique, les trois économistes expliquent que l’érosion du leadership américain en matière technologique résultait principalement de la situation de quasi-monopole occupé par les entreprises technologiques américaines qui se reposaient sur leurs acquis. En sorte que si en 1975, 70% des brevets dans le monde étaient déposés aux Etats-Unis, ceux-ci n’étaient plus que de 55% en 1980.  

L’administration Reagan, loin de succomber aux charmes trompeurs du repli protectionniste, avait mené une politique ambitieuse d’incitation à innover en jouant du levier fiscal. Une politique qui a porté ses fruits pour de nombreuses années l’affirment les trois chercheurs, boostant les dépenses en R&D des entreprises américaines. Une leçon qu’il serait bon de retenir aujourd’hui à l’heure de la 5G.


 



Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook