Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Valeo supprime 12.000 emplois dans le monde, dont 2.000 en France





Le 22 Juillet 2020, par François Lapierre

Si les grands constructeurs automobiles rencontrent de grandes difficultés alors que la crise économique post-coronavirus fait sentir ses effets, c'est l'ensemble de la filière industrielle qui est touchée. L'équipementier Valeo en fait partie.


Pas de licenciements secs

Le groupe Valeo, un des plus importants équipementiers automobiles au monde, a annoncé ce mardi 21 juillet la suppression de 12.000 postes dans le monde, dont 4.000 en Europe et « un peu moins de 2.000 » en France, selon le communiqué. L'entreprise n'organisera pas de licenciements secs : ce sont les contrats des intérimaires qui n'ont pas été reconduits. La coupe claire dans les effectifs permet à la société d'engranger 248 millions d'euros d'économies. Pour ce qui concerne l'activité en France, Valeo a lancé des négociations avec les partenaires sociaux pour améliorer sa compétitivité.

Plusieurs mesures sont sur la table pour réaliser des économies, comme une réduction des congés, un gel des salaires, une baisse de la rémunération pour les cadres et les ingénieurs, ou encore une annulation de l'intéressement. Valeo a subi un premier semestre particulièrement difficile : un chiffre d'affaires à 7 milliards d'euros en chute de 28% par rapport à l'an dernier, perte nette de 1,21 milliard d'euros, marge opérationnelle en territoire négatif avec -840 millions d'euros.

Stratégie de rebond

Ces réductions des effectifs s'inscrivent dans un plan de réduction des coûts plus large qui a conduit l'entreprise à réaliser 570 millions d'euros d'économies durant les six premiers mois de l'année. « Les programmes de réduction de coûts sont une réaction aux conditions de marché qui sont épouvantables (…) Des mesures exceptionnelles par leur ampleur ont été mises en œuvre pour assurer la pérennité de nos opérations », a expliqué Jacques Aschenbroich, le PDG de Valeo.

L'entreprise a cependant de quoi rebondir. Non seulement la trésorerie est dans le vert de 2,1 milliards d'euros, de quoi tenir un moment, et surtout Valeo a investi dans la motorisation électrique. On assiste à « une accélération de la demande pour une mobilité électrique et plus sûre », a indiqué le dirigeant. Ce qui confirme la « pertinence » des choix stratégiques du groupe.



Tags : automobile

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)

Comment réagir face à l'entrisme islamique en entreprise

« Fantaisies quantiques » : Quand la collaboration des chercheurs fait avancer l’humanité !

« MAINSTREAM » : Il y a bien une bataille mondiale pour une domination culturelle













Rss
Twitter
Facebook