Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les prédictions pessimistes de la Banque de France





Le 14 Décembre 2020, par La rédaction

La Banque de France se veut désormais plus pessimiste que le gouvernement et l'OCDE concernant le niveau de croissance à espérer pour l'année prochaine.


Croissance moins forte qu'espéré

Alors que le gouvernement prévoit un rebond de la croissance de 6% et que l'OCDE a récemment donné une hypothèse identique pour l'année prochaine, la Banque de France se veut plus pessimiste. L'institution estime ainsi que le PIB devrait croître de 5% en 2021 en se basant sur un scénario où l'épidémie ne cesserait pas immédiatement, avec un déploiement généralisé des vaccins qui ne sera pleinement effectif qu'en fin d'année prochaine. Par conséquent, « le niveau d'activité de fin 2019 ne serait retrouvé qu'à mi-2022 », selon la Banque de France.

En 2022, selon ce scénario, le niveau de croissance devrait s'afficher à nouveau à 5%, avant de revenir à un niveau « moins inhabituel » pour la France, c'est à dire autour de 2% l'année suivante. Ces prévisions sont bien moins optimistes que celles annoncées il y a trois mois : la Banque de France avait calculé que la croissance allait rebondir de 7,4% en 2021. Mais le reconfinement du mois de novembre et le déconfinement partiel accompagné de mesures sanitaires strictes ont provoqué une baisse de l'activité de 11% le mois dernier, et de 8% en décembre.

Scénario du pire

La consommation des ménages, pilier traditionnel de l'économie française, ne retrouvera son niveau d'avant la crise qu'en 2022. Elle devrait rebondir dans le courant de l'année prochaine avec la levée progressive des mesures de restriction sanitaire. Quant au chômage, il faut s'attendre au pire : le prix serait atteint au premier semestre 2021 avec un taux de 11%. Fin 2022, il devrait retrouver un niveau plus soutenable à 9%.

Un scénario plus favorable, dans lequel la situation sanitaire s'améliorerait franchement, donne une croissance de 7% en 2021. La Banque de France a aussi étudié une hypothèse pessimiste : si le virus continue de circuler aussi fortement, l'économie française subirait une contraction de 1% l'année prochaine. Le scénario du pire que les autorités veulent absolument éviter.



Tags : croissance

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Merci Donald !

Schoolab Entreprise à Mission ou comment concilier Business et enjeux sociétaux

Violence policière est fait divers

Marie Legrand, directrice générale d'Audio 2000 : "Audio 2000 s'est construit autour des valeurs de professionnalisme, d'innovation et d'accessibilité "

Le MoHo : un collectif pour changer le monde !

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.













Rss
Twitter
Facebook