Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Royaume-Uni : chute record du PIB pendant le confinement





Le 12 Août 2020, par Olivier Sancerre

Le PIB du Royaume-Uni a subi la pire contraction de l'histoire des statistiques britanniques au deuxième trimestre, synonyme de confinement. Le pays est officiellement en récession.


Un record de contraction du PIB

Du jamais vu pour l'Office national des statistiques (ONS) : la contraction de l'économie britannique s'est établie à 20,4% au deuxième trimestre. Le pays, comme bon nombre d'autres en Europe et en Amérique du Nord, était alors plongé dans le confinement pour endiguer l'épidémie de coronavirus. Si le recul du produit intérieur brut a commencé à se faire sentir en mars, à la toute fin du premier trimestre, c'est en avril que la contraction a été la plus forte. Les mesures de restriction de déplacement ont duré tout le mois, durant lequel la production nationale s'est enfoncée de 20%. Une paralysie de l'économie qui s'est petit à petit relevée à partir du mois de mai.

Ce chiffre de 20,4% se compare défavorablement à ceux enregistrés ailleurs, comme en France (-13,8%), en Allemagne (-10,1%) ou encore aux États-Unis (-10,6%). En revanche, le Royaume-Uni fait mieux, si on peut dire, que l'Espagne où l'activité a chuté de 22,7%. Avec ce deuxième trimestre consécutif de recul du PIB (au premier trimestre, le pays avait également enregistré une contraction de l'activité), le Royaume-Uni entre officiellement en récession technique. Selon l'ONS, si le pays affiche une contraction si forte, c'est en raison du maintien des mesures de confinement pendant plus longtemps qu'ailleurs.

Une chute plus lourde qu'ailleurs

Le gouvernement de Boris Johnson a en effet tardé à confiner le pays (à partir du 23 mars, soit une bonne semaine après la France). L'ONS a prévenu que des temps difficiles attendaient le pays et que les chiffres donnés pour le deuxième trimestre le démontraient. L'Office déplore les milliers de licenciements qui ont eu lieu, et prévoit que beaucoup d'autres vont arriver également. Il se veut toutefois optimiste malgré tout, en assurant que si des choix difficiles devront être faits, le Royaume-Uni saura traverser cette tempête.

On verra rapidement comment se comporte le troisième trimestre, mais comme ailleurs en Europe, il faut espérer un rebond de la croissance durant l'été. Une reprise déjà enregistrée au mois de mai (+2,4%) grâce au secteur de la construction et de l'activité manufacturière, puis en juin (+8,7%) avec la réouverture des commerces. Mais le pays n'est pas à l'abri d'une deuxième vague, là aussi à l'instar de ses voisins. 



Tags : Royaume-Uni

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook