Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Courtepaille finalement repris par Buffalo Grill





Le 28 Septembre 2020, par Olivier Sancerre

C'est finalement Buffalo Grill qui reprend les restaurants Courtepaille. L'enseigne s'était placée en redressement judiciaire cet été, après avoir beaucoup souffert pendant le confinement.


L'offre de Buffalo Grill préférée à celle du Groupe Bertrand

Buffalo Grill met la main sur Courtepaille et son réseau de restaurants répartis partout en France. Le groupe en reprend 237 (dont les 92 franchisés) sur un total de 279. Le repreneur compte investir 80 millions d'euros dans la modernisation de l'enseigne spécialisée dans les grillades au feu de bois, une enveloppe qui servira aux rénovations et à la mise à niveau du système informatique. La marque en elle-même va bénéficier de 20 millions d'euros supplémentaires afin de relancer Courtepaille auprès des consommateurs. Le plus important pour Buffalo Grill, c'est la réouverture de l'ensemble des restaurants dont plus de 30% sont toujours fermés depuis le début du confinement.

Le tribunal de commerce d'Évry a fait son choix entre plusieurs offres. Courtepaille intéressait bon nombre de repreneurs, dont Naxicap, Ange ou encore Butler Capital. Au bout de la procédure, deux dossiers sont restés sur la table : celui du Groupe Bertrand, qui opère les enseignes Burger King, Hippopotamus, Quick ou encore le groupe Flo, et celui de Buffalo Grill. Sur le papier, l'offre du Groupe Bertrand était solide avec la promesse d'un investissement de 100 millions d'euros pour relancer la marque.

4.000 salariés et 279 restaurants

Mais alors que Buffalo Grill proposait la même somme pour redresser Courtepaille, l'entreprise est allée plus loin pour les créanciers qui recevront 17 millions d'euros. Le Groupe Bertrand se contentait lui de 10,5 millions d'euros. En ce qui concerne les salariés, les deux offres étaient sensiblement similaires. Courtepaille compte 4.000 salariés et collaborateurs et a enregistré un chiffre d'affaires de 190 millions d'euros en 2019. Mais l'enseigne perd des clients et des revenus, et la crise sanitaire n'a rien arrangé à l'affaire.

Le repreneur, qui compte 360 restaurants, a de l'ambition et compte devenir un groupe multimarques. Les nombreux emplacements intéressants des restaurants Courtepaille vont certainement l'aider, même si l'épidémie n'a pas épargné Buffalo Grill, qui est passé sous le pavillon britannique du fonds TDR. L'entreprise a également reçu un prêt garanti par l'État cet été, à hauteur de 65 millions d'euros. 



Tags : restauration

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare













Rss
Twitter
Facebook