Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

« Paros vu de la mer », une escapade idyllique dans les Cyclades pour parler des rencontres amoureuses sur la toile.





Le 6 Juillet 2020, par La rédaction

Valérie Rose Benoit, psychologue et écrivaine, publie cette année son premier roman, Paros vu de la mer, chez VA Editions. Une occasion de partager son analyse des rencontres sur internet à partir d’une histoire fraîche et dépaysante au cœur des Cyclades.


Valérie Rose Benoit, votre roman « Paros vu de la mer » traite de l’impact du virtuel dans les relations amoureuses. Comment vous est venue l’idée de cette fiction ?

Nous assistons aujourd’hui à une véritable révolution des relations amoureuses et l’intrusion des nouvelles technologies dans nos intimités n’est probablement pas indifférente à ce phénomène sociétal. J’avais envie de mieux comprendre ces nouveaux phénomènes et ai choisi de le passer à la loupe en partant d’une rencontre entre les deux personnages principaux, Édouard et Laura, qui se sont contactés via un site spécialisé. Les protagonistes échangent des messages et des photos pendant deux mois sur Whatsapp et prévoient, finalement, de se donner rendez-vous à Paros sur un voilier, et d’y passer un temps défini ensemble, une semaine. En mettant le focus sur la mise en récit des différentes étapes, ma démarche a été de pouvoir appréhender quels pouvaient être les effets psychiques de ce mode de rencontre avant, pendant, après, et même longtemps après.
L’une de mes hypothèses est que le virtuel représente un espace entre l’imaginaire et le réel et qu’il peut, à ce titre, participer activement à la construction d’illusions, particulièrement au début d’une relation qui contient, par nature, une part de jeu et de faux-semblants propres à la séduction. Aussi, quand le virtuel se cumule aux chimères, la relation devient floue et source de quiproquos, même quand le contrat de base est clair et sincère comme c’est le cas dans cette fiction.

Vous semblez à la fois enthousiaste sur ces rencontres contemporaines tout en pointant leurs écueils. Quelle est votre position sur ce sujet actuel ?

L’incroyable choix de partenaires que proposent les réseaux sociaux est sans précédent. Il permet de repousser les frontières de notre périmètre de connaissances habituelles, de multiplier les rendez-vous et les relations de façon exponentielle. Toutefois, ces rencontres en un clic ne sont, au final, pas anodines sur nos vies affectives. Certaines personnes seront plus affectées que d’autres par ce zapping affectif qui peut provoquer, à terme, une forme d’« érosion » émotionnelle. Les plus sensibles et sincères, les moins avertis seront les grands perdants. Une même rencontre pourra s’avérer à la fois source d’un incroyable moment de bonheur et ensuite laisser les personnes dans le désarroi face au retour à la réalité et au quotidien.

Laura, l’héroïne du roman est hypersensible. C’est un concept qui tend à devenir maintenant reconnu par un large public. Néanmoins, vous parlez notamment de Haut Potentiel Affectif (HPA). Pourquoi avez-vous choisi de parler de l’hypersensibilité et qu’est-ce que le HPA ?

Dans l’hypersensibilité, les personnes vivent de façon intense leur rapport à l’autre, aux perceptions de l’environnement et aux événements qui leur arrivent. Cette différence quantitative en termes de vécu, m’a permis de pouvoir mettre en exergue des processus qui passent inaperçus la plupart du temps chez la grande majorité d’entre nous. Je pense nonobstant que les mêmes phénomènes agissent à plus ou moins bas bruit chez le plus grand nombre. Le prisme de l’hypersensibilité permet en quelque sorte de modéliser quelque chose de cette évolution.

Pourquoi avoir choisi Paros et la vie en voilier ?

J’aime beaucoup Paros et les Cyclades en général. J’avais envie de faire évoluer les personnages dans ce décor idéal pour raconter une rencontre amoureuse, décrire la beauté de l’environnement, sa richesse et sa magie, ce que nous lui devons. La vie urbaine contemporaine a tendance à nous isoler de notre rapport à la Nature et de nos sensations. Vivre sur un voilier rend accès à une vie en prise directe et sans écran avec la nature. Elle opère un décalage avec notre rapport habituel au monde, mais aussi à nous-mêmes, nous invitant à nous questionner sur les valeurs qui nous sont réellement essentielles. 
Je voulais adopter une trame poétique pour cette fiction aux émotions fortes et rendre hommage à ce cadre merveilleux, espérant aussi que cela puisse aider à une prise de conscience de cette richesse que nous devons respecter et protéger du mieux que nous pouvons.




1.Posté par Pivarot le 07/07/2020 10:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quel bla-bla-bla!

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare













Rss
Twitter
Facebook