Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​60 000 croates vont voir leurs dettes effacées





Le 2 Février 2015, par

Alors que la Grèce se débat avec les pays de l'Union Européenne pour faire effacer sa dette de 320 milliards d'euros, un autre pays européen a pris les devants et a tout simplement décidé d'agir : la Croatie. Certes, le pays ne fait pas partie de la Zone Euro mais le fait que le gouvernement ait décidé d'effacer purement et simplement les dettes de plusieurs dizaines de milliers de ses concitoyens est une première.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
Ce lundi 2 février 2015 60 000 croates vont donc voir leurs dettes effacées dans le but de relancer le pays. Le gouvernement a signé un accord avec les banques, les opérateurs téléphoniques ou encore publiques pour ce faire.

Au total, 2,1 milliards de Kuna (environ 270 millions d'euros) de dettes seront donc effacées sans qu'aucun des créditeurs ne soit remboursé par l'Etat. Mais pour cette table rase se fait uniquement sous condition de ressources des candidats.

Ne sont éligibles à cet effacement de dette que les croates ayant des dettes inférieures à 4 500 euros (35 000 kunas) et un revenu mensuel de moins de 162 euros (1 250 kunas). Malgré tout, d'autres conditions s'appliquent.

Les candidats ne doivent en outre pas être propriétaires ni avoir de l'argent de côté. C'est ainsi que le gouvernement a pu choisir parmi les plusieurs centaines de milliers de candidatures. Pour le vice-premier ministre du pays, Milanka Opacic, "ils auront ainsi la chance d'un nouveau départ sans le poids de leurs dettes".

Reste qu'en tout pas moins de 317 000 croates ont vu leur accès à leurs comptes bancaires bloqués en juillet 2014 à cause des dettes et notamment de crédits toxiques. Le nouveau départ ne concernera qu'environ 20% d'entre eux.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF