Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Brexit: un impact négatif de 0,25 % sur la croissance française en 2017





Le 13 Juillet 2016, par

Si l'OCDE a décidé de ne plus donner d'estimations de croissance jusqu'en septembre 2016 à cause du Brexit qui rend les analyses trop peu fiables, le Fonds Monétaire International ne se prive pas de tenter de prévoir le réel impact de la sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne. Sans surprise, l'impact devrait être négatif pour la France et le FMI a même réussi à en donner une estimation.


cc/pixabay
cc/pixabay
Michel Sapin espère que Paris deviendra la nouvelle City après le Brexit mais George Osbourne a déjà prévu un plan : baisser l'impôt sur les sociétés à 15 % afin d'attirer de nouvelles entreprises ou les convaincre de rester. Une idée qui n'a guère plu au ministre des Finances français qui l'a vivement critiquée parlant de "dumping fiscal". Mais pour l'instant, rien n'a été décidé.

Le FMI ne tient pas compte de cette éventualité dans ses prévisions publiées le 12 juillet 2016 sur la croissance française pour l'année 2017, année durant laquelle le gouvernement table sur une croissance de 1,7 %. Pour l'institution dirigée par Christine Lagarde, le Brexit devrait coûter quelques 0,25 % de croissance à la France en un an.

Le FMI, qui prévoyait déjà bien moins de croissance pour l'Hexagone que le gouvernement (1,5 % seulement), a donc coupé ses prévisions : désormais il table sur 1,25 % de croissance en France en 2017. Une croissance largement insuffisante pour que les projets du gouvernement se réalisent, en particulier celui de réduire le déficit public à 2,7 % avant la fin de l'année 2017.

Cet objectif, le FMI le considère "difficilement atteignable", à cause de la croissance bien moins élevée que celle prévue par Bercy mais également à cause des dépenses qui devraient croître de 1 % en 2017.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook