Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Déficit : la France obtient un nouveau délai de deux ans





Le 10 Mars 2015, par

La nomination de Pierre Moscovici en tant que Commissaire européen aux Affaires Economiques a-t-elle joué en faveur de la France ou est-ce le gouvernement de Manuel Valls qui a réellement réussi à convaincre la Commission Européenne ? En tout cas, c'est fait : la France obtient un nouveau sursis de deux ans pour rentrer dans les clous et baisser son déficit.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
Dans le cadre du Pacte de Stabilité les pays membres de l'Union Européenne doivent avoir un déficit public de moins de 3% du PIB et la France n'y est pas du tout. En 2015 il devrait être encore de 4,1% selon les dernières estimations. Elle risque donc une pénalité.

Mais ce mardi 10 mars 2015 les divers ministres des Finances des Etats-Membres ont de nouveau accordé un sursis de deux ans laissant à la France jusqu'en 2017 pour atteindre cet objectif de réduction de déficit. Une décision attendue, certes, mais qui envenime un peu les tensions entre la France et ses voisins.

Car la France en est à son troisième sursis ce qui en fait une sorte de privilégiée. D'autant plus que les rapports entre Paris et Bruxelles sont tendus.

La France a prévu d'ici 2017 un plan d'économies gigantesque de 50 milliards d'euros dont 21 milliards dès 2015. Selon le gouvernement ces économies couplées à un retour de la croissance du pays devraient permettre de réduire le déficit et de le faire descendre en dessous de 3% Une prévision à laquelle ne croit pas Bruxelles.

La Commission Européenne, malgré son avis favorable à ce nouveau sursis, a demandé à Paris de faire encore 30 milliards d'euros d'économies supplémentaires entre 2015 et 2017. François Hollande et le gouvernement ne comptent toutefois pas se plier à ces exigences et ils l'ont fait savoir. Le bras de fer est lancé et risque de durer... jusqu'au prochain examen de la question.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

















Rss
Twitter
Facebook