Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Déficit public : Bruxelles toujours pas convaincue de la réussite de la France





Le 5 Novembre 2015, par

Douche froide pour le gouvernement : alors qu'il espère réussir à faire baisser son déficit public en dessous des 3% comme le demande Bruxelles, objectif pour lequel la Commission Européenne a donné à Paris un délai de deux ans soit jusqu'en 2017, cette dernière n'est pas convaincue. Selon elle la croissance sera moins importante que ce qu'espère le gouvernement ce qui va le faire échouer.


Shutterstock/Economiematin
Shutterstock/Economiematin
Le déficit public est estimé, d'une année sur l'autre, en fonction de l'estimation de croissance du PIB. Et c'est sur ce point que Paris et Bruxelles ne sont pas d'accord. Si la croissance devrait être de 1,1% en 2015, point sur lequel la France et la Commission Européenne sont d'accord, pour 2016 les prévisions divergent. Bruxelles estime que la croissance l'an prochain ne devrait être que de 1,4%.

Or le gouvernement s'est basé, pour faire son budget 2016, sur les prévisions de croissance de Bercy qui sont un peu plus optimistes : 1,5%. Ce 0,1% de différence risque de s'avérer fortement handicappant car il influence directement les rentrées fiscales. Moins il y a de croissance, moins il y a d'argent qui rentre dans les caisses de l'Etat mais les dépenses, elles, ne varient pas.

Du coup, Bruxelles est formelle : le déficit public de la France atteindra 3,3% en 2017 contre les 2,7% attendus par le gouvernement et qui lui permettraient de rentrer dans les clous du Pacte de stabilité. Si ça peut paraître anodin, la question est sérieuse : les pays qui ne respectent pas les engagements du Pacte de stabilité font face à de lourdes amendes. Pour la France l'amende pourrait atteindre 4 milliards d'euros et la Commission européenne, qui a déjà donné deux délais supplémentaires à l'Hexagone, a bien fait comprendre que la date limite de 2017 ne sera pas négociable.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré
















Rss
Twitter
Facebook