Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Déficit public : Bruxelles toujours pas convaincue de la réussite de la France





Le 5 Novembre 2015, par

Douche froide pour le gouvernement : alors qu'il espère réussir à faire baisser son déficit public en dessous des 3% comme le demande Bruxelles, objectif pour lequel la Commission Européenne a donné à Paris un délai de deux ans soit jusqu'en 2017, cette dernière n'est pas convaincue. Selon elle la croissance sera moins importante que ce qu'espère le gouvernement ce qui va le faire échouer.


Shutterstock/Economiematin
Shutterstock/Economiematin
Le déficit public est estimé, d'une année sur l'autre, en fonction de l'estimation de croissance du PIB. Et c'est sur ce point que Paris et Bruxelles ne sont pas d'accord. Si la croissance devrait être de 1,1% en 2015, point sur lequel la France et la Commission Européenne sont d'accord, pour 2016 les prévisions divergent. Bruxelles estime que la croissance l'an prochain ne devrait être que de 1,4%.

Or le gouvernement s'est basé, pour faire son budget 2016, sur les prévisions de croissance de Bercy qui sont un peu plus optimistes : 1,5%. Ce 0,1% de différence risque de s'avérer fortement handicappant car il influence directement les rentrées fiscales. Moins il y a de croissance, moins il y a d'argent qui rentre dans les caisses de l'Etat mais les dépenses, elles, ne varient pas.

Du coup, Bruxelles est formelle : le déficit public de la France atteindra 3,3% en 2017 contre les 2,7% attendus par le gouvernement et qui lui permettraient de rentrer dans les clous du Pacte de stabilité. Si ça peut paraître anodin, la question est sérieuse : les pays qui ne respectent pas les engagements du Pacte de stabilité font face à de lourdes amendes. Pour la France l'amende pourrait atteindre 4 milliards d'euros et la Commission européenne, qui a déjà donné deux délais supplémentaires à l'Hexagone, a bien fait comprendre que la date limite de 2017 ne sera pas négociable.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »










Rss
Twitter
Facebook