Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Ferrari : une introduction en Bourse à 11 milliards d'euros ?





Le 9 Octobre 2015, par

Ce mois d'octobre 2015 va marquer un tournant dans l'histoire de Ferrari, la filiale haut de gamme de Fiat Chrysler Automobiles (FCA) : elle devrait se séparer de sa maison-mère pour entrer en Bourse. Une introduction qui devrait faire les affaires de la marque de luxe à la recherche d'investissements pour faire face à la demande croissante de voitures de luxe, notamment dans les économies en pleine expansion et chez les nouveaux millionnaires des pays émergents.


Shutterstock/Economiematin
Shutterstock/Economiematin
L'IPO de Ferrari devrait se faire à Wall Street puisque désormais le groupe de Turin est basé aux Etats-Unis. Cela fait suite à sa fusion avec Chrysler mais également à des raisons fiscales, la fiscalité pour les entreprises étant plus favorables aux Etats-Unis qu'en Italie. Elle devrait être un succès (et les actions seront marquées FRRI).

Le constructeur de luxe a en effet connu une très belle année 2014 malgré un secteur automobile en crise avec un Ebitda de 693 millions d'euros. Le bénéfice sur le premier semestre 2015 était déjà en hausse de 8,9% sur un an.

Avec cette IPO Ferrari espère augmenter sa production de voitures, dont le prix de départ n'est actuellement pas en dessous de 200 000 euros, pour atteindre les 9 000 véhicules par an à l'horizon de 2019 contre 7 200 véhicules livrés en 2014.

L'intérêt de la marque Ferrari, son histoire, et surtout ses résultats en hausse, pourraient tirer vers le haut la valorisation de l'entreprise lors de son introduction en Bourse à Wall Street. Pour l'instant le groupe FCA n'a rien dit mais les analystes tablent sur une valorisation de 12,4 milliards de dollars soit 11 milliards d'euros. Le dernier montant annoncé était, il y a quelques mois de ça, de 11 milliards de dollars soit 9,7 milliards d'euros.

Lors de cette IPO Fiat Chrysler se séparerait de 10% du capital, selon les informations connues à ce jour.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

OPA du fonds Searchlight sur Latécoère : un nouveau scandale Alstom ?

Frédérique Picard :"j’ai décidé de répertorier les leviers spécifiques qui permettent aux femmes d’oser"

Jean-Louis Scaringella, les taux d’intérêt négatifs ou : « l’euthanasie des rentiers »

La Saga des Audacieux

Pouquoi les ambitions protectionnistes chinoises et américaines frappent la France et l'Europe

Frédéric Verdavaine (Nexity) : « Nous sommes au croisement de nombreux enjeux de société structurants pour l’avenir »

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum












Rss
Twitter
Facebook