Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​GoPro licencie 7% de ses effectifs





Le 14 Janvier 2016, par

La crise économique commence à frapper même les entreprises qui, pourtant, semblaient avoir un succès grandissant. GoPro est l'une des premières à en faire les frais. A la suite de la publication de résultats financiers décevants pour le quatrième trimestre 2015, le fabricant de mini-caméras annonce son premier plan social.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
Mercredi 13 janvier 2016, pour les salariés de GoPro, ce fut la douche froide : le groupe a publié des résultats pour le quatrième trimestre 2015 largement en dessous des attentes. Le chiffre d'affaires pour le dernier trimestre de l'année s'est établi à 435 millions de dollars. Bien loin des 500 voire 550 millions de dollars qu'attendait le groupe.

Du coup, selon les informations du journal Le Monde, le groupe n'a pas eu d'autre choix que d'annoncer son premier plan social. Il vise à supprimer 7% des effectifs dans le monde afin de réduire les coûts et de retrouver la voie de la croissance. Au total ce seraient une centaines de postes qui seraient supprimés, GoPro n'ayant qu'environ 1 500 salariés.

Selon l'entreprise, les résultats décevants sont liés à une erreur stratégique. La dernière caméra du groupe, la Hero 4 Session, a vu son prix fixé à 399 dollars. Un prix trop élevé pour le marché. Nick Woodman, fondateur de GoPro, avoue avoir fait une "erreur" qui a causé une chute de 32% du chiffre d'affaire par rapport au quatrième trimestre 2014.

Mais l'erreur stratégique n'explique pas tout. Si GoPro reste leader du marché des caméras embarquées, la concurrence se fait rude et la différence qualité/prix entre les marques se réduit. De fait les ventes chutent, certains acheteurs préférant se tourner vers des marques moins prestigieuses dans le domaine mais dont les prix sont plus accessibles.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook