Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​IBM s’écroule en Bourse après la publication de résultats très décevants





Le 20 Octobre 2014, par

IBM a créé un véritable tremblement de terre à New York avant l’ouverture de la Bourse ce lundi 20 octobre 2014, tremblement qui se poursuit. Après la publication de résultats trimestriels très décevants marqués par un bénéfice qui a chuté de plus de 99%, l’action IBM a perdu près de 8%. Mais le pire est que la PDG du groupe estime que ce n’est pas fini.


Shutterstock/EconomieMatin
Shutterstock/EconomieMatin
La publication des résultats trimestriels d’IBM montrent une chute généralisée du chiffre d’affaires partout dans le monde, y compris dans les marchés supposés être « à forte croissance » selon les dires des managers IBM eux-mêmes.

Le chiffre d’affaires a en effet reculé de 4% sur un an s’établissant à 22,4 milliards de dollars. Un recul de 2% a été enregistré sur les marchés américains, européens, africains et moyen-oriental tandis que sur le marché d’Asie pacifique la chute a été encore plus rude : -9%.

Les marchés supposés à forte croissance, de leur côté, ont fait pire : -6% en moyenne avec une chute de 9% du chiffre d’affaires en Inde, Russie, Chine et au Brésil.

Ces résultats plus que décevants qui sèment la panique à Wall Street s’accompagne également d’une chute de 99% du bénéfice net du groupe pour le troisième trimestre 2014. Il s’établit à 18 millions d’euros contre 4 milliards pour la même période de 2013. LA faute à la cession d’activités déficitaires qui ont coûté de l’argent à IBM.

En particulier, la cession de l’activité de fabrication de puces électroniques, cédée à GlobalFoundry. IBM versera également 1,5 milliards de dollars de dédommagement pour cette reprise. Au total, IBM dépensera près de 5 milliards de dollars pour se défaire d’activités déficitaires, ce qui explique ce résultat net aussi peu élevé.

Toutefois, selon Victoria « Ginni » Rometty, PDG d’IBM, le recul du chiffre d’affaires s’explique également par un changement d’attitude des clients du groupe. « Nos résultats montrent que nous sommes devant un changement sans précédent dans notre industrie » a-t-elle déclaré.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré

Les enjeux de la délégation de pouvoirs

Risque Amiante : le point sur les nouvelles obligations avec SET Environnement

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Clarifier sa stratégie pour réussir sa transformation digitale

Transformer l’organisation : la « stratégie des 100 projets »

Réussir la transformation de l’entreprise au point de contact client

Julien Aubert, député du Vaucluse : « L’absence de gaullisme fait le lit des extrêmes »
















Rss
Twitter
Facebook