Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​L'AMF bloque le projet d'Altice de prendre 100 % du capital de SFR





Le 5 Octobre 2016, par

C'est encore une mauvaise nouvelle pour SFR et sa maison-mère, Altice. Après avoir été notifiée que le groupe risque une amende de 500 millions d'euros car Numericable aurait pris le contrôle de SFR avant la date prévue pour la fusion, voilà que l'AMF bloque purement et simplement le projet d'Altice. La holding luxembourgeoise espérait, via une OPE, acquérir la possession de 100 % du capital de l'opérateur français.


cc/pixabay
cc/pixabay
L'opération avait été critiquée par les actionnaires minoritaires visés par cette Offre Publique d'Echange (OPE) et qui détiennent encore plus de 20 % du capital de l'opérateur au Carré Rouge. Altice voulait proposer 8 actions Altice pour 5 actions SFR. Une offre jugée "non conforme" par l'AMF dans une décision très rare prise mardi 4 octobre 2016 et qui soulève des questions. Surtout, c'est un coup dur pour Patrick Drahi qui ne peut ainsi pas prétendre à détenir 100 % de SFR, en tout cas pour l'instant car Altice compte faire appel.

L'AMF n'a pas révélé ses motivations mais en Bourse le titre de SFR a chuté de 7 % à l'ouverture à Paris mercredi 5 octobre 2016. Un autre coup dur alors que l'opérateur est en difficultés et que le groupe se prépare à licencier massivement. Ce même mercredi 5 octobre 2016 de nouvelles manifestations contre le plan social prévu par SFR ont été organisées par les syndicats.

La décision de l'AMF pourrait avoir été justifiée par la différence entre SFR, entreprise française, et Altice, entreprisse aux investissements dans le monde entier. Dans le second cas, pour les actionnaires, la visibilité des opérations est clairement plus compliquée.

De plus, le capital d'Altice prévoit deux types d'actions dont un, le type B, exclusivement réservé à Patrick Drahi et qui lui confère 25 droits de vote par action. Le type A, au contraire, qui aurait été le type concerné par l'échange, ne confère qu'un droit de vote par action. Patrick Drahi peut, grâce à ce système, continuer de contrôler sa holding tout en n'étant pas l'actionnaire majoritaire.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook