Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​L'Etat veut privatiser les radars embarqués dès 2017





Le 7 Avril 2016, par

Le journal Le Parisien dévoile cette information jeudi 7 avril 2016 et ça n'a pas manqué de créer une polémique : afin d'augmenter le nombre de radars embarqués ainsi que leur temps de circulation, le gouvernement réfléchit à privatiser la chose. Une réforme acclamée par les associations de défenseurs des victimes de la route mais critiquée par celles défendant les automobilistes.


Shutterstock/Economiematin
Shutterstock/Economiematin
Le délégué interministériel à la sécurité routière, Emmanuel Barbe, a dévoilé que le plan annoncé par Manuel Valls en octobre 2015 visant à réduire le nombre de décès sur les routes de France, nombre qui est reparti à la hausse, allait voir le jour : les radars embarqués, soit les radars qui flashent en étant embarqués sur des voitures banalisées roulant au sein même du trafic, seront privatisés dès janvier 2017.

En effet il n'y a aujourd'hui que 319 voitures de police qui disposent de ce type de radars. Les patrouilles roulent 1 heure par jour et le gouvernement ne veut pas dépêcher plus d'agents sur la question : il devrait soit embaucher soit revoir les priorités dans les missions des forces de l'ordre. Par la privatisation le gouvernement résout les deux problèmes : il n'a pas à embaucher et il peut avoir la garantie que plus de voiture banalisées seront sur les routes de France... et plus longtemps.

Mais la question de la privatisation fait débat. Si les associations de lutte contre la mortalité routière acclament cette annonce qui, elles l'espèrent, fera lever le pied aux automobilistes, les associations de défense des automobilistes trouvent la décision dangereuse et craignent que l'entreprise qui sera chargée de flasher ne fasse du zèle et que les automobilistes ne soient flashés à tout va.

Toutefois, selon le plan du gouvernement, seulement 121 voitures supplémentaires embarquant des radars à infrarouge devraient circuler en France d'ici 2018. L'impact de la réforme pourrait donc être moins élevé que prévu.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur



Les entretiens du JDE

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »

« Accueillir c’est protéger ! » par Frédéric Giqueaux

Karine Schrenzel, PDG des 3 Suisses : « L’envie d’entreprendre est un sentiment que j’ai toujours porté en moi »










Rss
Twitter
Facebook