Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​L'Opep ne va pas réduire sa production de pétrole





Le 9 Novembre 2015, par

La stratégie de l'Opep pour reconquérir le marché du pétrole, dont elle a vu ses parts baisser avec l'avènement de l'exploitation du gaz de schiste, n'a pas changé et ne semble pas prête de le faire. L'Arabie Saoudite a en effet annoncé qu'elle allait maintenir sa production malgré les menaces sur l'économie qui commence à la frapper aussi. Selon elle ce n'est qu'une mauvaise passe.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
Les prix du pétrole ne sont pas près de remonter aux niveaux de 2014, bien au contraire. L'Arabie Saoudite a l'intention de continuer de produire autant qu'auparavant malgré les demandes constantes des pétroliers.

Le PDG de Saudi Aramco, la compagnie pétrolière publique d'Arabie Saoudite, a en effet déclaré au Financial Times qu'il n'y avait pas "eu de discussions concernant une nécessité de baisser la production maintenant que nous avons souffert". Par souffrir M. al-Falih fait référence à l'abaissement de la note de la dette souveraine du pâys par Standard & Poor's et le risque de déficit public très élevé pour 2015.

Car si les prix bas du pétrole ont fortement frappé les géants du pétrole, qui ont procédé à des licenciements par milliers, la cession de projets d'exploration et, pour certains, qui ont fait faillite, ils ont également frappé l'Arabie Saoudite. Le pays tire une bonne partie de ses rentrées d'argent de l'exportation de pétrole et celles-ci sont donc directement influencées par les cours du baril.

Pour 2015 le pays devrait avoir un déficit public très élevé : 16% selon les analystes. De quoi justifier la baisse de la note souveraine pour S&P. Mais l'Arabie Saoudite reste sur sa lancée.

Le pays veut en effet réduire à néant ses adversaires sur le marché pétrolier, en particulier les entreprises s'étant lancées dans l'exploitation de gaz de schiste. Avec un prix du baril sous les 50 dollars l'exploitation des hydrocarbures non conventionnels n'est plus rentable tout comme certaines exploitation conventionnelles dans des zones difficiles d'accès.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook