Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​L'armée française va rouler en Ford au lieu de Dacia





Le 5 Mai 2015, par

L'industrie française est en crise, le chômage ne cesse d'augmenter et la croissance économique en berne semblent être des bonnes raisons pour préférer le made in France aux groupes étrangers. Surtout de la part du gouvernement. Mais il semblerait que ce ne soit pas le cas de l'Armée française qui a annoncé que sur les 5 000 véhicules qu'elle doit acheter pour remplacer les P4 de Peugeot, les 1 000 premiers seront achetés chez l'américain Ford.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
Le Duster de chez Dacia, modifié pour Renault par la société spécialisée Poclain Véhicules, avait pourtant tout pour plaire : il avait réussi avec succès les tests de l'armée battant même certains de ses concurrents. Et en plus il était moins cher que ces derniers, Dacia étant la marque Low-Cost de chez Renault qui reste donc moins chère même après des modifications spéciales.

La Dacia partait donc gagnante mais ce n'est pas le cas : l'UGAP, la central d'achats de l'armée, annonce qu'un cinquième de la commande ira aux américains de Ford et leur Pick-Up. Les constructeurs français ne comprennent pas... surtout qu'ils ont investi quelques 100 000 euros pour réaliser les modifications nécessaires afin de présenter le modèle spécialement modifié pour les besoins de l'armée.

Certes, il reste encore 4 000 véhicules à acheter et le Duster de Renault a toujours toutes ses chances, mais 1 000 véhicules de moins "ce sont autant d'heures de travail qui ne sont pas affectée à la France" commente Pascal Bernard, directeur général de Poclain.

En attendant de savoir combien des 4 000 véhicules restants seront achetés par l'Armée Française aux constructeurs français, en espérant qu'il y en ait, le Duster modifié pourrait tenter de conquérir d'autres appels d'offres comme ceux de l'Office National des Forêts ou encore ceux des pompiers.

Mais les interrogations restent...


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook