Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​La Russie dégradée par Standard&Poor's





Le 27 Janvier 2015, par

L'agence de notation américaine Standard & Poor's a dégradé la note de la dette souveraine russe ce lundi 26 janvier 2015. Une décision attendue puisque le ministre de l'Economie du pays, Alexei Oulioukaïev, s'y attendait lui-même. Pourtant cette décision n'a pas manqué de créer la polémique, certains diplomates russes y voyant là un ordre de Washington pour enfoncer encore plus le pays dans la crise.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
La dette de la Russie est désormais en catégorie spéculative. En tout cas pour l'agence S&P qui a dégradé la note le 26 janvier 2015 la faisant tomber à BB+. En cause, selon Standard & Poor's, la crise du rouble qui s'est effondré, les tensions avec l'Union Européenne au sujet de la question de l'Ukraine ou encore la dégradation des prévisions de croissance.

Qui plus est, le prix du pétrole très bas en ce moment n'aide pas le pays qui est un grand exportateur de pétrole et surtout de gaz.
Pour le vice-ministre des Affaires Etrangères, Vassili Nebenzia, toutefois, cette décision aurait été prise directement sur ordre de Washington pour enfoncer le pays La dégradation de la note russe entrerait directement dans le cadres "des actions coordonnées entreprises pour saper l'économie" du pays, a-t-il déclaré à l'agence de presse Ria-Novosti.

Ce qui est sûr est que la décision devrait détourner bon nombre d'investisseurs de la dette russe et continuer d'alimenter la fuite de capitaux. Pire : le pays pourrait devoir rembourser de manière anticipée quelques 30 milliards de dollars de dette, ce qui aurait de grosses conséquences sur la situation économique.

C'est donc une décision qui envenime les tensions Est-Ouest alors que la crise ukrainienne ne s'est pas encore terminée. Les Etats-Unis et l'Union Européenne ont d'ailleurs annoncé lundi 26 janvier 2015 de nouvelles sanctions à l'encontre de la Russie si la situation ne s'améliorerait pas.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook