Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​La SNCF devrait supprimer 9 000 emplois en 5 ans





Le 27 Février 2015, par

Les suppressions d'emplois ne vont pas s'arrêter à la SNCF alors que l'entreprise peine à retrouver sa rentabilité et cherche par tous les moyens d'éponger ses dettes. En l'occurrence, selon un rapport qui a été remis au CCE, le Comité Central d'Entreprise, quelques 10 000 emplois pourraient être supprimés en France dans la branche mobilité du groupe et ce en cinq ans.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
Ce sera donc à un rythme de 2000 emplois par an que la SNCF va réduire ses effectifs en France pour un total de 10 000 emplois. Un nombre très peu compensé par l'embauche de 800 personnes selon le rapport Degest que l'AFP a pu consulter.

De 149 000 employés, la SNCF passerait donc à l'horizon de 2020 à 140 000 employés. 143 000 selon l'hypothèse la plus optimiste du rapport Degest. Mais ce n'est pas tout car la SNCF aurait encore d'autres surprises pour les usagers.

Toujours selon ce rapport qui a été donné au CCE et sur lequel une réunion portera le 10 mars 2015, ces suppressions d'emplois sont la conséquence directe de la réforme ferroviaire de 2014. Cette réforme prévoit en effet la libéralisation des réseaux pour 2016 ce qui devrait permettre de faire entrer la concurrence et risque de faire mal aux comptes de la SNCF.

Du coup, le groupe devrait également poursuivre sa campagne de suppression de lignes : le rapport Degest en prévoit la "forte diminution". Toujours dans le but de se recentrer sur les lignes les plus rentables et de prévoir à l'avance l'impact économique que la libéralisation des chemins de fer aura sur les comptes du groupe.

Mais sans doute que cette suppression de 10 000 emplois risque d'être mal appréciée par les syndicats puisque la SNCF a déjà supprimé 25 000 postes en dix ans, entre 2003 et 2013, et que plus de 1000 emplois devraient être détruits en 2015.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook