Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​La croissance en Italie dépasse les attentes au deuxième trimestre 2015





Le 2 Septembre 2015, par

Bonne nouvelle pour l'Italie qui fait face, comme la grande majorité des pays périphériques de la zone euro, à une crise qui ne cesse de durer depuis la crise économique de 2008. Si elle a été moins touchée que la Grèce ou l'Espagne, la péninsule italienne a du mal à s'en remettre avec un taux de chômage chez les jeunes parmi les plus hauts d'Europe. Mais les dernières données de l'Istat, l'Institut de statistiques italien, laisse espérer que le pire est passé.


shutterstock/Economiematin
shutterstock/Economiematin
La croissance italienne a fait un bond. Rien d'exceptionnel mais assez pour qu'elle batte les attentes des analystes qui tablaient sur une croissance stable, à +0,2%, comme pour le premier trimestre 2015. Finalement l'Italie a fait beaucoup mieux : +0,4% selon l'Istat qui revoit à la hausse ses dernières estimations ce mardi 1er septembre 2015.

L'Italie a donc un acquis de croissance de 0,6% ce qui permet au gouvernement de Matteo Renzi, qui s'est félicité sur Twitter en déclarant vouloir "le maillot rose de la croissance dans l'Union Européenne" (en référence au maillot rose du Tour d'Italie, l'équivalent du maillot jaune du Tour de France), de confirmer ses prévisions de croissance pour l'année 2015.

Le gouvernement italien tablait en effet sur une croissance de 0,7% sur l'année pour le pays et ces 0,6% de croissance acquise sont donc une très bonne nouvelle. Elles permettent d'espérer beaucoup plus qu'initialement prévu et d'espérer que la chute du chômage de juillet 2015 qui a porté le taux de chômage à 12% (au plus bas depuis deux ans) continue.

Toutefois, dans le détail l'Istat révèle toutefois que si la consommation des ménages a augmenté de 0,4%, les investissements ont chuté de 0,3% durant le deuxième trimestre 2015. De même, la croissance des importations (+2,2%) a largement supplanté la croissance des exportations (+1,2%).
 


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art market



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"








Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens











Rss
Twitter
Facebook