Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​La sortie de l'euro par la Grèce : une facture de 1 000 euros par Français





Le 20 Février 2015, par

Alors que s'ouvre ce vendredi 20 février 2015 la réunion de la dernière chance entre la Grèce et l'Union Européenne concernant sa dette, une réunion qui a de fortes chances de se terminer par un accord, l'Institut de conjoncture allemand a calculé le risque économique encouru pour chaque pays membre de l'Union Européenne si le scénario catastrophe d'un abandon de l'euro par la Grèce devait devenir réalité. Et la facture est salée.


Shutterstock/Economiematin
Shutterstock/Economiematin
La possibilité d'un "Grexit" existe mais reste faible : l'Allemagne ne veut pas voir l'Union Européenne exploser et surtout une sortie de l'euro par la Grèce ouvrirait la voie à la sortie d'autres pays. Ce n'est pas étonnant puisque l'Allemagne est le pays qui risque le plus d'une sortie de la péninsule hellénique ; Mais même pour la France le coût économique serait extrêmement important.

Si l'IFO, comme le souligne son directeur Hans-Werner Sinn, a fait une estimation "maximale" de ce risque économique, cette dernière permet de comprendre pourquoi Paris et Berlin ne veulent pas voir s'enfuir Athènes.

A l'Allemagne un Grexit coûterait la bagatelle de 79,8 milliards d'euros, de quoi mettre du plomb dans l'aile de la première économie de la zone euro. Et pour Paris la facture serait de 59,7 milliards d'euros ; rapportée à la population française elle frôle les 1000 euros par habitant.

Et cette facture n'est pas théorique mais réelle : lors de la mise en place du fonds de sauvegarde de la Grèce en 2010 avait été créé le FESF, le Fonds Européen de Stabilité Financière. C'est lui qui a versé les sommes à la Grèce, notamment les 141,6 milliards d'euros versés à ce jour, et c'est lui qui en est le garant. Ou plutôt qui va se retourner vers les garants.

Et ces garants, justement, sont l'Allemagne et la France.
 


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur



Les entretiens du JDE

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »

« Accueillir c’est protéger ! » par Frédéric Giqueaux

Karine Schrenzel, PDG des 3 Suisses : « L’envie d’entreprendre est un sentiment que j’ai toujours porté en moi »










Rss
Twitter
Facebook