Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Le bras de fer entre la France et l'UE se poursuit





Le 18 Mars 2015, par

Le gouvernement français a décidé de ne rien lâcher face à la pression de Bruxelles concernant son déficit qu'il doit ramener à moins de 3% en 2017 après avoir obtenu un nouveau délai, le troisième, à la fin du mois de février 2015. En déplacement au siège de la Commission européenne, Manuel Valls a réitéré que la France ne pliera pas aux demandes de l'Union Européenne. Et surtout pas aux efforts d'économies supplémentaires demandés.


Shutterstock/Economiematin
Shutterstock/Economiematin
Manuel Valls était au siège de la Commission européenne ce mercredi 18 mars 2015. Une première depuis sa prise de fonctions en tant que Premier ministre. Et il y allait avec, pour toile de fond, la demande de 30 milliards d'euros d'économies supplémentaires demandés à la France par Bruxelles afin de respecter ses engagements budgétaires.

Pour Manuel Valls, et donc pour le gouvernement, il n'en est pas question : "tout effort qui affaiblirait la croissance", donc tout effort supplémentaire, sera refusé. Une annonce claire et précise que le Premier ministre a faite en présence de Jean-Claude Juncker, le nouveau président de la Commission, présent pour l'occasion.

Manuel Valls a défendu cependant les réformes engagées par le gouvernement parmi lesquelles la Loi Macron, le Pacte de Responsabilité dont la mise en place se fait lentement, et la Réforme territoriale qui devrait réduire les dépenses de l'Etat et des collectivités. Le gouvernement français a toujours clamé que ces réformes, couplées aux économies déjà annoncées, seront suffisantes pour relancer la croissance et réduire le déficit public.

"Rien n'interrompra l'élan des réformes qui a été engagé, j'y veillerai jusqu'au dernier jour de mon mandat" a déclaré le Premier ministre qui n'a toutefois pas manqué de rassurer la Commission : la France "tiendra ses engagements budgétaires".

Une nécessité puisque la France a déjà obtenu un troisième délai pour se mettre en conformité avec le Pacte de Stabilité et qu'il est difficile que la Commission vote en faveur d'un quatrième délai de trois ans le cas échéant.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art market



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"








Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens











Rss
Twitter
Facebook